DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Joe Biden dévoile son plan de relance de 1 900 milliards de dollars à 5 jours de son investiture

euronews_icons_loading
Joe Biden dévoile son plan de relance de 1 900 milliards de dollars à 5 jours de son investiture
Tous droits réservés  Matt Slocum/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Loin du chaos trumpiste à Washington, à cinq jours de son investiture à la Maison blanche, le démocrate Joe Biden tente d'attirer de nouveaux les projecteurs sur son action à venir, ses plans pour rassembler et relancer les États-Unis. Depuis son fief de Wilmington, il a dévoilé un plan de relance titanesque de 1 900 milliards de dollars. Objectif venir en aide aux ménages et aux entreprises américaines mises à mal par la pandémie de Covid-19.

Sans mentionner le procès en destitution de Donald Trump, il a appelé le Congrès à adopter rapidement son vaste plan de relance. Il a aussi donné des détails des aides : de nouveaux chèques directs de 1 400 dollars par personne aux familles, un salaire minimum doublé à 15 dollars de l'heure, la prolongation des aides au chômage ou encore des aides pour les Etats et collectivités locales.

Mais l'heure de Joe Biden n'est pas encore venue...

Pour le moment, le vice-président républicain sortant Mike Pence semble avoir pris les rênes à Washington. On l'a vu aux côtés des troupes de la garde nationale qui quadrillent la capitale américaine depuis l'assaut du Capitole par les partisans de Donald Trump le 6 janvier dernier. On l'a vu en réunion avec le FBI.

Les services de sécurité sont en effet sur les dents face à la menace de nouvelles manifestations à Washington mais aussi dans d'autres villes du pays d'ici la prestation de serment de Joe Biden et de sa vice-présidente Kamala Harris, le 20 janvier sur les marches d'un Capitole barricadé.

Quant à Donald Trump, désormais mis en accusation, il fera donc face à un procès en destitution au sénat après l'investiture. L'enjeu ne sera plus de l'évincer du pouvoir, mais s'il est reconnu coupable, un deuxième vote pourrait viser à lui interdire d'être à nouveau candidat à la Maison blanche.