DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Opération de réconciliation menée par Ankara à destination de l'UE

Par Euronews
euronews_icons_loading
Opération de réconciliation menée par Ankara à destination de l'UE
Tous droits réservés  Stephanie Lecocq/AP
Taille du texte Aa Aa

La Turquie semble vouloir l’apaisement avec l’Union européenne. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, était en déplacement jeudi à Bruxelles pour discuter des progrès possibles.

Mais les tensions restent fortes. Les 27 gardent à l’esprit les choix politiques d’Ankara en Syrie et en Libye ou les provocations à Chypre et en Méditerranée orientale. Le responsable turc reconnait que "2020 a été une année problématique pour les relations bilatérales entre la Turquie et l’UE". Mais il souligne la volonté des deux parties de "créer une atmosphère positive". Le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell, présente comme une" bonne nouvelle" la reprise annoncée des entretiens exploratoires entre Ankara et Athènes.

Certains experts estiment que le changement de ton de la Turquie s’explique par le changement de président aux Etats-Unis. Selon Anders Fogh Rasmussen, ancien secrétaire général de l’Otan, le président turc "réalise qu’avec le départ de Donald Trump il n’a plus d’allié à la Maison Blanche, donc il doit faire attention".

Mais d’autres facteurs peuvent expliquer ces revirements. "La Turquie a engendré de nombreux problèmes, elle a acheté des équipements militaires russes qui ne sont pas compatibles avec les équipements de l’Otan, elle montre ses muscles en Méditerranée, en Libye, en Syrie", ajoute Anders Fogh Rasmussen. L’achat par Ankara, membre de l’Alliance Atlantique, d’un système de défense russe a entrainé des sanctions de la part de Washington.

Les mesures de rétorsion européennes adoptées en décembre à l’unanimité concernent les forages turcs dans la zone économique exclusive chypriote. Mais ces sanctions sont toujours en suspens pour des raisons de divisions internes entre les 27.