DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Pandémie : les plus riches sont encore plus riches

euronews_icons_loading
Pandémie :  les plus riches sont encore plus riches
Tous droits réservés  Anja Niedringhaus/AP
Taille du texte Aa Aa

Alors que le Forum économique mondial s'ouvre aujourd'hui non pas à Davos en Suisse, mais avec un format totalement virtuel, les plus riches du monde se portent bien.

Selon l'ONG Oxfam les grandes fortunes mondiales sont jusqu'ici sorties indemnes voire renforcées de la pandémie.

"Les 500 milliards de dollars que les 10 hommes les plus riches ont gagné l'an dernière pourraient être utilisés pour avoir un vaccin pour tous ou même empêcher tout le monde de tomber dans la pauvreté pendant cette pandémie, explique Gabriela Bucher, directrice exécutive d'Oxfam International, donc l'ampleur de la différence entre riches et pauvres est considérable".

Selon l'ONG, les 1.000 personnes les plus riches du monde ont retrouvé leur niveau de richesse d'avant la pandémie en seulement neuf mois alors qu'il pourrait falloir plus de dix ans aux plus pauvres pour se relever. En France, quand certains survivent grâce à la banque alimentaire n'ont plus rien à manger, les milliardaires ont dépassé leur niveau de richesse d'avant la crise".

"Plusieurs gouvernements ont apporté un soutien important à leurs population, reconnaît Gabriela Bucher, directrice exécutive d'Oxfam International, mais les différences sont énormes. La Corée du Sud est un bon exemple : elle a déjà mis l'accent sur la réduction des inégalités avec augmentation du salaire minimum ou investissement dans les soins de santé et l'éducation, soutenant 42 millions de ménages pendant la pandémie. La Nouvelle-Zélande est un exemple brillant de l'attention portée au bien-être des gens, aux enfants, à l'éducation, à la garantie que l'économie fonctionne pour tous et non pour le PIB".

En France, les milliardaires - dont Bernard Arnault, 3e fortune mondiale, derrière les Américains Jeff Bezos et Elon Musk - ont "gagné près de 175 milliards d'euros" sur la même période, "dépassant leur niveau de richesse d'avant la crise".

Oxfam réclame donc que la pandémie soit l'occasion de repenser la fiscalité, comme en Argentine où un nouvel impôt sur les grands fortunes sera susceptible de rapporter 3 milliards de dollars, pour financer l'aide économique liée au Covid-19.