EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Victoire sans surprise, mais sans appel pour Marcelo Rebelo de Sousa, réélu à la tête du Portugal

Marcelo Rebelo de Sousa avant son discours de victoire en pleine pandémie de Covid-19, 24 janvier 2021
Marcelo Rebelo de Sousa avant son discours de victoire en pleine pandémie de Covid-19, 24 janvier 2021 Tous droits réservés Armando Franca/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Armando Franca/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Voici ce qui a marqué l'élection présidentielle au Portugal : le président sortant est réélu pour 5 ans avec plus de 60% des suffrages, le candidat de l'extrême droite arrive en 3e position et le taux d'abstention atteint des records.

PUBLICITÉ

C'est une victoire sans surprise mais éclatante pour Marcelo Rebelo de Sousa. Le président sortant du Portugal a été reconduit par les électeurs pour un second mandat de 5 ans. 

Malgré un taux d'abstention record, le conservateur modéré a obtenu 60,7% des voix en pleine crise du Covid-19. Dans son discours de victoire, il a promis de faire de la lutte contre la pandémie sa "première priorité":

"J'ai pleinement conscience que la confiance renouvelée n'est pas un chèque en blanc. Celui qui reçoit ce mandat doit continuer à être le président de tous les Portugais, sans exception."

Ana Gomes, l'ancienne eurodéputée socialiste, non-adoubée par le parti qui soutenait officieusement Marcelo Rebelo de Sousa, est arrivée en deuxième position avec 13 % des voix.

Elle a devancé de justesse le candidat d'extrême droite André Ventura, qui est arrivé troisième avec 11,9% des suffrages. Le fondateur du parti Chega, entré au parlement il y a un an, n'a pas réussi son pari d'arriver deuxième dans ce scrutin. Mais il retient qu'il a écrasé le parti d'extrême gauche. 

Ce résultat marque une nette progression de l'extrême droite dans un pays qui faisait jusqu'à récemment figure d'exception parmi les états européens.

Avec un peu moins de 40% de votants, le taux de participation a été historiquement bas pour une présidentielle depuis l’avènement de la démocratie en 1974. Et ce, malgré la levée des restrictions sanitaires pour la journée.

Mais candidats et analystes redoutaient une participation encore plus faible, en raison de l'explosion des cas de coronavirus que connaît actuellement le Portugal. 

Depuis une dizaine de jours, les 10 millions d'habitants étant sont en effet soumis à un deuxième confinement général.

Selon les données collectées par l'Agence France Presse, c'est le pays au monde ayant signalé au cours des deux dernières semaines le plus grand nombre de contagions et de décès par Covid-19 en rapport avec sa population, après l'enclave britannique de Gibraltar.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Etats-Unis : les démocrates font pression sur Biden pour qu'il réévalue sa candidature

Joe Biden testé positif au Covid-19 : la pression pour le retrait de sa candidature s'accentue

Brésil : Jair Bolsonaro accusé d'avoir bénéficié d'un "faux" certificat de vaccin anti-Covid