DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le confinement au Royaume-Uni met en lumière la fracture numérique

euronews_icons_loading
Le confinement au Royaume-Uni met en lumière la fracture numérique
Tous droits réservés  Uli Deck / (c) Copyright 2021, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Taille du texte Aa Aa

Au Royaume-Uni, la crise du coronavirus a mis en lumière la fracture numérique dans le pays. L'accès limité à internet handicape certains étudiants et familles défavorisées.

Majid 18 ans, est étudiant en ingénierie biochimique au Royaume-Uni. Le confinement imposé à cause du coronavirus lui pose un défi de taille car les enseignements sont dispensés en ligne. Avec un seul ordinateur pour lui et ses deux frères et sœurs, il ne peut pas suivre tous les cours. Une situation qui affecte ses études.

"C'est embarrassant parce que les professeurs n'arrêtent pas de m'envoyer des e-mails en me disant que je suis en retard sur mon travail, mais quand j'étais à l'université, ce n'étais jamais le cas" déplore-t-il.

Une initiative a été lancée à Birmingham pour équiper des étudiants et des familles défavorisées. Hafsha Shaikh, dirigeante de l'entreprise SmartLyte coopère avec une école primaire pour fournir des appareils numériques, dans cette communauté où "nous avons des niveaux d'alphabétisation très bas" souligne-t-elle.

"Certaines de ces communautés sont plongées dans la pauvreté, certains parents n'ont pas de très bonnes connaissances en anglais. Nous avons immédiatement réfléchi à l'impact de cette situation, non seulement sur les enfants et leur apprentissage, mais aussi pour les parents" indique-t-elle.

On estime qu'1,9 million de foyers n'ont pas accès à internet et que 11,9 millions n'ont pas les compétences que le gouvernement considère comme essentielles pour pouvoir se connecter sur la toile.

Alors que la date de réouverture des écoles reste incertaine, l'accès au web est devenu un enjeu majeur pour les familles et les élèves britanniques. Le gouvernement dit avoir distribué 1,3 million d'appareils, mais de nombreux étudiants défavorisés attendent toujours leur équipement.