EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'Union européenne veut accélérer la production de vaccins

Ursula von der Leyen
Ursula von der Leyen Tous droits réservés Francisco Seco/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Francisco Seco/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Commission européenne veut intensifier sa capacité de production de vaccins après les critiques sur les retards de livraison de millions de doses.

PUBLICITÉ

L'Union européenne veut renforcer sa capacité de production de vaccins. Sous le feu des critiques en raison des retards de livraison, la Commission a reconnu avoir été "trop optimiste" sur l'acheminement des millions de doses des trois vaccins ayant déjà obtenu le feu vert de l'EMA, l'Agence européenne de médicaments.

Pour Bruxelles, les difficultés de la "production de masse" ont été sous-estimées. Un groupe de travail va être mis en place afin d'améliorer la coordination et accélérer la vaccination, alors que les nouveaux variants se propagent sur le continent.

L'Agence européenne de médicaments a déjà approuvé les vaccins de Pfizer/BioNTech, Moderna et celui de l'alliance AstraZeneca/Oxford. D'autres vaccins sont en attente de validation. Pour la cheffe de l'exécutif européen Ursula von der Leyen, il faut accélérer les examens :

"Nous devons améliorer le partage de données des essais cliniques avec l'EMA. Et c'est pourquoi, nous lançons dès maintenant un nouveau réseau européen d'essais cliniques. En parallèle, notre commissaire à la Santé Stella Kyrakiedes va travailler sur un cadre réglementaire pour permettre à l'EMA d'examiner les vaccins aussi rapidement que possible."

La présidente de la Commission européenne a par ailleurs exprimé ses regrets après la controverse sur le contrôle des exportations de vaccins vers l'Irlande du Nord qui avait déclenché une première crise diplomatique post-Brexit. Bruxelles a finalement fait marche arrière. La Commission "fera de son mieux pour préserver la paix en Irlande du Nord", a insisté Ursula von der Leyen qui s'exprimait à l'occasion d'une séance plénière du Parlement européen.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La chute des libéraux : pourquoi le Renew Europe pourrait subir une défaite cuisante aux européennes

Grand débat électoral avant les européennes : ce qu'en ont pensé les primo-votants

Elections européennes : que veulent les électeurs et que promettent les candidats