DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Mario Draghi à la rescousse en Italie : l'ancien président de la BCE prend la tête du gouvernement

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Mario Draghi à la rescousse en Italie : l'ancien président de la BCE prend la tête du gouvernement
Tous droits réservés  Andrew Medichini/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Mario Draghi va-t-il réussir à sortir l'Italie de sa crise économique ?

C'est en tout cas l'un des meilleurs experts des finances publiques de la péninsule qui devient le nouveau chef du gouvernement. A 73 ans, l'ancien président de la banque centrale européenne s'est assuré une large majorité parlementaire et prend la tête d'un gouvernement d'union nationale.

Un homme de confiance, Daniele Franco, 67 ans, prend la tête du ministère-clé de l'Economie.

Mario Draghi a cependant joué la continuité sur plusieurs autres postes importants : il a ainsi confirmé Luigi Di Maio, haut responsable du Mouvement populiste 5 Etoiles (M5S), au poste de ministre des Affaires étrangères, la technocrate Luciana Lamorgese au poste de ministre de l'Intérieur et Roberto Speranza, du petit parti de gauche LEU, au poste de ministre de la Santé.

Le nouveau chef du gouvernement a habilement mêlé technocrates et responsables politiques, choisissant des personnalité compétentes dans tous les partis lui ayant offert leur soutien, sans faire appel cependant aux leaders.

Il a annoncé également la prochaine création d'un "super-ministère" de la Transition écologique qui sera dirigé par un physicien de renom, Roberto Cingolani, responsable depuis septembre 2019 de l'innovation technologique chez le géant italien de l'aéronautique Leonardo.

M. Draghi, surnommé "Super Mario" pour son rôle dans la crise de la dette de la zone euro en 2012, prêtera serment samedi, puis demandera la confiance du Parlement en début de semaine.

Depuis que M. Mattarella avait fait appel à lui le 3 février, Mario Draghi a mené des entretiens tous azimuts avec les partis politiques représentés au parlement, qui lui ont permis de former un attelage hétéroclite allant du Parti démocrate (PD, centre-gauche) à la Ligue d'extrême droite de Matteo Salvini en passant par le parti de droite Forza Italia de Silvio Berlusconi.

Jeudi, in extremis, l'inclassable Mouvement 5 Etoiles (M5S), antisystème jusqu'à son arrivée au pouvoir, avait donné lui aussi son feu vert, faisant ainsi tomber le dernier obstacle à un gouvernement d'union nationale.

Les difficultés ne font cependant que commencer pour cet Italien affable de 73 ans réputé pour sa discrétion, son sérieux et sa détermination.

L'Italie, qui approche de la barre des 100.000 morts dus au Covid, a enregistré en 2020 l'une des pires chutes du PIB de la zone euro, avec un plongeon de 8,9%. La troisième économie de la zone compte beaucoup sur la manne de plus de 200 milliards de fonds européens, conditionnée à la présentation à Bruxelles d'ici fin avril d'un plan détaillé de dépenses.

"Mais il ne suffit pas de dépenser les fonds. La Commission européenne s'attend à ce que les dépenses aillent de pair avec les réformes", selon une analyse du Centre pour une réforme européenne (CER).

En tête des priorités figure aussi l'accélération de la campagne vaccinale, affectée comme dans les autres pays européens par des lenteurs d'approvisionnement. Seulement 1,2 million d'Italiens sur 60 millions ont été vaccinés.

D'autres chantiers restés en plan depuis des décennies attendent Mario Draghi sur son bureau à Palazzo Chigi, siège du gouvernement en plein centre de Rome: remédier à la lenteur de la justice, s'attaquer à la bureaucratie en rendant l'administration plus efficace, et lancer la transition écologique, qui sera coordonnée par un ministère à part entière, le premier du genre en Italie.

Mario Draghi prêtera serment ce samedi, puis demandera la confiance du Parlement en début de semaine.

Sources additionnelles • AFP