DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Compte à rebours pour changer ses pesetas

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Compte à rebours pour changer ses pesetas
Tous droits réservés  Euronews.
Taille du texte Aa Aa

Nacho Marugan est madrilène, il vend des bandes dessinées et il accepte qu'on le paie en peseta.

L'ancienne devise n'a plus de cours légal depuis 19 ans et au-delà du 30 juin prochain, la Banque centrale espagnole n'acceptera plus de les convertir en euro.

D'ici là, Nacho Marugan accepte les pesetas et reverse une partie des revenus à des fonds de lutte contre des maladies incurables.

Nacho Marugan , directeur de Wash Comics : "La philosophie de notre entreprise est de raconter des histoires du quotidien qui nous semble héroïque. Par exemple se battre contre Alzheimer est un défi titanesque. Et en même temps, qu'oublier les pesetas serait un gâchis."

Nacho Marugan vend une partie de ses bandes dessinées dans ce kiosque à journaux de Madrid où son idée est plutôt bien perçue.

Jesus Paino, kiosquier : "Nous avons des clients de tous les âges, et ils viennent d'un peu tous les quartiers de Madrid. Certains prennent même leurs voitures pour dépenser ici leurs pesetas."

Carlos Marlasca, Euronews : "Les Espagnols possèdent l'équivalent d'1,5 milliards d'euros en pesetas qu'ils peuvent au choix convertir ou les dépenser dans des œuvres charitable ou des événements culturels"

Ainsi à Madrid les cinémas sont ouverts et si on ne craint pas les risques de contamination au Covid-19, on peut encore quelques mois s'acheter un billet en pesetas

Angel Mora, directeur d'une salle de cinéma madrilène : "La peur est l'autre drame de cette pandémie. C'est important que les gens n'aient pas peur d'aller au théâtre et au cinéma. Des investissements importants ont été réalisés pour sécuriser le monde de la culture, en particulier pour les salles de cinéma."

Le 1er juillet prochain, il ne sera plus possible de payer son billet en pesetas.