DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : les restrictions sont de plus en plus difficiles à accepter

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Covid-19 : les restrictions sont de plus en plus difficiles à accepter
Tous droits réservés  -Screenshot AFP-
Taille du texte Aa Aa

Ils se sont enflammés dans les rues de Copenhague et crient leur colère face aux mesures anti-coronavirus prises par le gouvernement danois. Ces activistes en "ont assez !" et dénoncent notamment le futur passeport vaccinal destiné à voyager et potentiellement servir à accéder à des événements sportifs ou culturels, voire à des restaurants. Pour ces militants, il est considéré comme une restriction de plus aux libertés individuelles. Au Danemark, la vaccination est recommandée mais pas obligatoire.

Même colère et même frustration en Irlande qui réclame plus de liberté. A Dublin, une manifestation contre les mesures de restriction tourne à l'affrontement avec les forces de l'ordre ; trois policiers ont été blessés et 23 personnes arrêtées.

L'Irlande connaît actuellement son troisième confinement pour lutter contre le coronavirus, il a été prolongé jusqu'au 5 avril.

Le pays déplore un plus de 4.300 morts.

Rentrer en Pologne depuis la Slovaquie ou la République Tchèque où le taux de contamination est le plus élevé au monde devient beaucoup plus compliqué. Les autorités ont durci les mesures. Une quarantaine de deux semaines est désormais obligatoire dès l'entrée en Pologne sauf sur présentation d'un test négatif de moins de 48 heures ou d'un certificat prouvant deux injections d'un vaccin.

En Autriche, la station de ski de Mayrhofen dans le Tyrol est bouclée. En cause : la propagation du variant sud-africain du Covid-19. Cette semaine, 42 personnes ont été testées positives, 29 d'entre elles sont affectées par cette souche. Résultat : les commerces, jardins d'enfants et écoles sont fermés, les masques FFP2 obligatoires dans les lieux publics. Les résidents doivent présenter un test PCR négatif s'ils veulent quitter la station.

Sources additionnelles • AFP