Etat de droit : la Cour de justice de l'UE saisie par Varsovie et Budapest

Cour de justice de l'Union européenne à Luxembourg
Cour de justice de l'Union européenne à Luxembourg Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2017 The Associated Press. All rights reserved.
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Pologne et la Hongrie dénoncent le mécanisme conditionnant le versement des fonds européen au respect de l'Etat de droit

PUBLICITÉ

La Pologne et la Hongrie ont saisi la Cour de justice de l'Union européenne contre le mécanisme conditionnant les versements de fonds européens au respect des règles de l'Etat de droit.

Cette clause avait été obtenue par Budapest et Varsovie en échange de la levée de leur veto au plan de relance économique.

Ce recours judiciaire était attendu de la part des deux pays souvent accusés d'enfreindre les principes de l'Etat de droit reconnus dans l'UE. L'action leur permet de gagner du temps en attendant la décision de la Cour, où une procédure dure en moyenne un an et demi.

La Hongrie de Viktor Orban, en guerre ouverte avec Bruxelles sur le respect des valeurs européennes, pourrait ainsi échapper aux sanctions jusqu'aux législatives de 2022. S'il n'y avait pas eu de réclamation, le nouveau mécanisme aurait pu être utilisé avec effet immédiat.

Selon Varsovie et Budapest, il n'existe pas dans la législation européenne de définition stricte de l'Etat de droit, d'où l'impossibilité de baser sur cette notion des décisions d'ordre financier.

"L'UE n'a pas la compétence de définir la notion de +l'Etat de droit+, ni celle de fixer des critères d'appréciation du respect des principes sous-jacents", insiste le gouvernement polonais dans un communiqué publié jeudi sur son site officiel.

Mais une fois le nouveau dispositif validé par la justice européenne, il sera toutefois activé rétroactivement pour les fonds versés à partir du 1er janvier 2021.

La déclaration politique adoptée par l'UE en décembre affirme que la suspension des fonds devra être "proportionnée" et que les violations de l'Etat de droit constatées devront avoir un impact "direct" sur les intérêts financiers de l'UE.

Elle vise notamment des politiques anti-corruption insuffisantes, des fraudes, des conflits d'intérêt ou le manque d'indépendance de la justice. En revanche, en dépit des affirmations de Budapest et Varsovie, le mécanisme ne pourra pas sanctionner les politiques migratoires ou les mesures sociétales.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La bataille européenne sur l'Etat de droit reprend

La Commission européenne présente ses inquiétudes et ses satisfactions sur l’Etat de droit dans l’UE

Les élections locales polonaises, test ultime avant les élections européennes