DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les sherpas népalais au bord du précipice en raison de la pandémie

Par Maxime Bayce  & AP
euronews_icons_loading
Pasang Rinzee Sherpa est bloqué à Katmandou depuis un an
Pasang Rinzee Sherpa est bloqué à Katmandou depuis un an   -   Tous droits réservés  Niranjan Shrestha/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Un an que Pasang Rinzee Sherpa passe plus de temps sur un mur d'escalade de Katmandou qu'en montagne. Avec la pandémie de Covid-19, ce guide himalayen népalais n'a plus aucun client.

Rinzee Sherpa a gravi les plus hauts sommets du monde dont l'Everest à trois reprises. A 33 ans, il est parmi les sherpas les plus expérimentés mais malgré ce CV impressionnant, il accuse le coup.

"Au début, il y avait beaucoup de stress et de tension dans notre vie quotidienne, se souvient-il. Je me mettais en colère sans raison, mon esprit était assailli de toutes ces pensées absurdes et j'avais peur de frôler la dépression. Cependant, j'essayais de m'empêcher de devenir fou en faisant de petites randonnées, de l'escalade ou de l'escalade en salle. J'ai fait tout ce que j'ai pu pour me maintenir en forme mentalement et physiquement".

Le Népal a fermé ses frontières aux touristes pendant plus de neuf mois durant la pandémie, et bien que la restriction ait été levée, les visiteurs sont encore rares.

Les guides comme Pasang Rinzee Sherpa gagnent en moyenne 5000 à 10 000 dollars durant la saison qui va du mois d'avril au mois de juin.

Ils espèrent tous désormais que l'industrie du tourisme va "rebondir" et qu'ils pourront à nouveau emmener des groupes en montagne.