DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Kenya : des éléphants menacés par la culture des avocats

euronews_icons_loading
Au Kenya, des éléphants se rassemblent près du Kilimandjaro
Au Kenya, des éléphants se rassemblent près du Kilimandjaro   -   Tous droits réservés  YASUYOSHI CHIBA/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Au Kenya, la culture des avocats est en plein essor, portée par une forte demande en Europe. Source de revenus, ce type d'agriculture menace néanmoins la faune sauvage et notamment les éléphants. Une bataille juridique est engagée pour une exploitation située près du célèbre parc d'Amboseli.

Très consommatrice en eau, cette culture met en danger un écosystème déjà confronté aux sécheresses, souligne des ONG locales.

"Il y a deux fermes ici, et les deux sont situées exactement au milieu d'une zone de faune sauvage", explique Daniel Ole Sambu, de l'ONG locale Big Life Foundation.

"Nous nous sommes rendus compte que certaines de ces zones sont utilisées par les éléphants comme maternité. Ils sortent du parc pour donner naissance à leurs petits puis reviennent quand l'éléphanteau est assez fort pour marcher", dit-il.

La société kényane KiliAvo Fresh Ltd a eu l'autorisation de s'installer à un endroit où l'agriculture à grande échelle est normalement interdite. Sous pression, l'Autorité nationale de gestion de l'environnement (Nema) a demandé à l'entreprise de suspendre ses activités le temps d'examiner l'affaire.

Le directeur d'une des fermes défend la nécessité économique de cette culture. "La terre est une source de nouveaux capitaux. Cela va fournir des emplois pour les gens d'ici, et même au-delà car beaucoup de gens à Nairobi ou dans d'autres villes dépendent de l'agriculture", assure Jeremiah Shuaka Saalash, directeur d'une ferme et actionnaire de KiliAvo.

Même si elle florissante, la culture de l'avocat au Kenya pèse peu comparé au tourisme qui a rapporté plus d'un milliard et demi de dollars en 2019.