This content is not available in your region

Victoire du parti libéral de Mark Rutte, le Premier ministre sortant rempile

Access to the comments Discussion
Par Jack Parrock  avec AFP,AP
euronews_icons_loading
Victoire du parti libéral de Mark Rutte, le Premier ministre sortant rempile
Tous droits réservés  Eva Plevier/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Inébranlable Mark Rutte. Aux Pays-Bas, après un scrutin organisé sur trois jours en raison du Covid-19, le premier ministre libéral sortant a finalement reçu le feu vert des électeurs pour former son quatrième gouvernement de coalition.

"Le résultat de cette élection est que les électeurs néerlandais m'ont accordé, à moi, à mon parti, un vote de confiance écrasant. Et c'est une leçon d'humilité. Cela nous oblige aussi à faire tout ce que nous pouvons pour en faire un succès" a déclaré Mark Rutte, chef de file du VVD.

Geert Wilders, homme politique d'extrême droite, eurosceptique et anti-islam, est arrivé en troisième position. C'était inattendu pour le PVV qui était jusqu'ici le deuxième plus grand parti du pays.

Il a été devancé par les progressistes pro-européens du D66 qui enregistre leur plus grande victoire depuis leur création.

Un autre parti populiste, celui de Thierry Baudet, le Forum pour la démocratie, a cependant gagné des sièges, passant de 2 à 8.

Les électeurs ont majoritairement choisi Mark Rutte et son parti malgré le mécontentement à l'égard des mesures de confinement et du couvre-feu, mécontentement qui s'est traduit par des manifestations parfois violentes.

Surnommé le Premier ministre "Téflon" pour sa capacité à sortir indemne des crises politiques, Mark Rutte avait été contraint de démissionner en janvier, suite à un scandale au sein du ministère néerlandais des finances, qui a exigé le remboursement de prestations sociales, accusant à tort des milliers de parents de communautés minoritaires de fraude aux allocations familiales. Son gouvernement n'était resté en place que pour s'occuper des affaires courantes.

Les élections se sont focalisées sur l'immigration et le Covid-19, mais les relations avec l'Union européenne ont également été moteurs de vote.

Le tout premier parti paneuropéen, Volt Europa, est en passe de remporter trois sièges au parlement, c'était sa première élection législative au niveau national.

Laurens Dassen, le leader de Volt, estime dit que c'est un signe que la vision pro-UE de la jeune génération commence à gagner du terrain :

"Nous sommes un parti européen qui est présent dans tous les pays européens pour résoudre les défis ensemble. Et entrer au parlement national des Pays-Bas, qui est la première élection au niveau national à laquelle nous avons participé en tant que Volt, est bien sûr un résultat étonnant et donne un grand coup de pouce également aux autres sections en Europe."

Au pouvoir depuis une décennie et s'apprêtant à diriger son quatrième gouvernement, Mark Rutte considère cette élection comme un succès, mais la question est de savoir combien de temps la coalition qu'il formera pourra tenir.

Un nombre record de 37 partis se disputaient 150 sièges à la chambre basse du Parlement, dans un paysage politique fragmenté qui oblige à des coalitions complexes.

Mark Rutte a exclu toute coalition avec Geert Wilders "à cause de ce qu'il a dit sur l'islam et le Coran".

Un des partis de la coalition actuelle, l'Appel chrétien-démocrate (CDA) du ministre des Finances Wopke Hoekstra, serait à nouveau un "partenaire naturel" pour le Premier ministre.