This content is not available in your region

États-Unis versus Chine : le face-à-face diplomatique glacial

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AP, AFP
euronews_icons_loading
Réunion sino-américaine à Anchorage, Alaska, 19 mars 2021
Réunion sino-américaine à Anchorage, Alaska, 19 mars 2021   -   Tous droits réservés  Frederic J. Brown/AFP or licensors

Anchorage en Alaska, le lieu du premier face-à-face entre la chine et les États-Unis depuis l'élection de Joe Biden... Température polaire pour une réunion de deux jours tout aussi polaire. Les actes de la Chine "menacent l'ordre fondé sur des règles qui garantit la stabilité mondiale", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken à son arrivée.

"J'entends une profonde satisfaction quant au retour des États-Unis, au réengagement avec nos alliés et partenaires sur la scène mondiale. J'entends également une profonde inquiétude quant à certaines des actions que votre gouvernement entreprend."

Les Américains comptaient soulever tous les sujets qui fâchent, et ils sont nombreux.

Ils les ont énumérés ces derniers jours: la répression des musulmans ouïghours du Xinjiang qu'ils qualifient de "génocide", la reprise en main de Hong Kong, les tensions autour de Taïwan ou du Tibet, les violations des droits humains, la "militarisation" de la mer de Chine méridionale, les "pressions économiques" et les pratiques commerciales indues, le "vol de propriété intellectuelle", l'absence de transparence sur l'origine du Covid-19.

Le chef de la diplomatie chinoise Yang Jiechi a répondu avec colère en demandant aux États-Unis de cesser de promouvoir leur propre version de la démocratie à un moment où les États-Unis eux-mêmes sont secoués par le mécontentement intérieur. Il a également accusé les États-Unis de ne pas s'occuper de leurs propres problèmes de droits de l'homme et s'est insurgé contre ce qu'il a appelé la "condescendance" de Blinken, Sullivan et d'autres responsables américains.

"La Chine ne fera aucun compromis sur des sujets concernant sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts", a-t-il martelé.