DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Mission réconciliation pour Washington auprès de l’Otan

euronews_icons_loading
Mission réconciliation pour Washington auprès de l’Otan
Tous droits réservés  Yves Herman/AP
Taille du texte Aa Aa

C'est son premier déplacement à Bruxelles en tant que secrétaire d'Etat américain. Antony Blinken est en mission au siège de l'Otan pour relancer l'alliance militaire transatlantique mis à mal après les quatre années de mandat de l'ancien président américain Donald Trump.

"J_e suis ici pour exprimer l'indéfectible engagement des Etats-Unis dans cette alliance qui est la pierre angulaire de la paix, de la prospérité de part et d'autre de l'Atlantique depuis plus de 70 ans_", explique le représentant américain. Washington veut renouer avec ses partenaires historiques à commencer par les Alliés.

Yves Herman/AP
Washington cherche à rassurer ses alliés historiquesYves Herman/AP

Le secrétaire général de l’Otan a immédiatement salué les propos sans équivoque d’Antony Blinken. "Nous commençons aujourd'hui un nouveau chapitre de notre relation transatlantique incarnée par l'Otan", se félicite Jens Stoltenberg.

Toutefois le changement de président à Washington ne signifie pas que les difficultés de l'Alliance Atlantique ont disparu. Les défis restent nombreux pour l’Otan comme le renforcement de la présence militaire chinoise, la menace continue de la Russie, l'Afghanistan ou encore le gazoduc Nord Stream 2.

Pour Ian Lesser, vice-président du German Marshall Fund, l’enjeu est de voir comment l’Alliance va se positionner sur ces questions internationales. "Cela ne veut pas dire que l'Otan répondra directement aux défis mondiaux comme la Chine, mais elle devrait être le lieu où les Alliés se retrouvent pour discuter de ces dossiers", explique-t-il. Selon Ian Lesser l’Alliance ne devra pas non plus abandonner la sécurité européenne car la Russie inquiète plusieurs pays membres.

Antony Blinken doit rester deux jours à Bruxelles pour s'entretenir avec ses homologues de l'Alliance Atlantique. Il s’agit d’une sorte de répétition générale avant la réunion prévue dans le courant du printemps des dirigeants de l'Otan.