DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Mixité des cultures + machines plus petites = agriculture de demain

euronews_icons_loading
Farm to Fork
Farm to Fork   -   Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

Nos modèles actuels de production agricole ne sont pas adaptés pour affronter l'avenir selon les chercheurs. Face au déclin de la biodiversité, à la dégradation des sols, au changement climatique et aux émissions de CO2, un changement de paradigme paraît nécessaire.

Aux Pays-Bas, la "Ferme du Futur", projet mené en partenariat avec le projet européen NEFERTITI qui s'inscrit dans la démarche de la Commission européenne "De la ferme à la table", contribue à son niveau à trouver des solutions pour rendre nos modèles agricoles européens plus durables en misant sur la technologie et les méthodes naturelles. Le chef de projet de la "Ferme du Futur" nous explique à quels enjeux son exploitation entend répondre.

Le piège de la monoculture

"L'agriculture actuelle n'est pas adaptée pour l'avenir parce que nous la pratiquons principalement sous la forme de grandes monocultures : 5, 10, 20, 100 hectares avec la même culture partout," souligne Wijnand Sukkel.

"C'est la même chose avec le Covid-19 : si vous mettez côte à côte, des individus qui sont génétiquement identiques, alors la maladie se propage très rapidement," estime-t-il. "On voit la même chose dans l'agriculture : ce sont les grandes superficies, la même culture et on n'a pas d'autre choix que de protéger ces cultures avec des pesticides," souligne-t-il.

euronews
Les robots utilisés à la "Ferme du Futur"euronews

"Il nous faut une technologie qui soit inspirée par l'écologie"

"D'un autre côté, nous pratiquons l'agriculture avec de grosses machines et celles-ci rendent la couche supérieure du sol compacte," poursuit le chef de projet de la "Ferme du Futur". "À cause de ce compactage, l'eau ne peut pas s'infiltrer et quand il fait sec, il y a peu d'eau qui pénètre dans le sol," déplore-t-il. "On doit la travailler sur une couche de 25 centimètres, donc ce sol compact, cette structure du sol, est un problème pour le modèle agricole actuel," insiste-t-il.

"Dans le passé, l'agronomie suivait les évolutions de la technologie : aujourd'hui, ce qu'il nous faut, c'est une technologie qui soit inspirée par l'écologie," assure-t-il.

Journaliste • Claudio Rosmino