DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

France : impressionnante destruction d'un HLM dans la région lyonnaise

La destruction de l'immeuble "Monmousseau" dans le quartier des Minguettes à Venissieux, dans la banlieue de Lyon, le 2 avril 2021
La destruction de l'immeuble "Monmousseau" dans le quartier des Minguettes à Venissieux, dans la banlieue de Lyon, le 2 avril 2021   -   Tous droits réservés  PHILIPPE DESMAZES/AFP
Taille du texte Aa Aa

5, 4, 3, 2, 1, 0... Mise à feu. Et cinq secondes plus tard, 50 ans d'histoire urbaine ont été réduites à néant. La barre HLM "Monmousseau" située dans le quartier des Minguettes, à Venissieux, s'est effondrée ce vendredi, à 10h30 très précisément, comme un château de cartes. Des centaines de personnes, dont d'anciens locataires nostalgiques, ont assisté à la fin de cet édifice iconique de cette commune populaire de le banlieue sud de Lyon.

Cet immeuble avait été érigé en 1967 par la filiale immobilier de la SNCF, la compagnie ferroviaire nationale française. Tout naturellement, les 197 logements de ce vaste ensemble ont accueilli dans un premiers temps des familles de cheminots. Puis au fil des années, des familles de tous horizons sont venues habiter dans les 15 étages de cette impressionnante forteresse des temps modernes. Depuis son inauguration, la tour a vu défiler quelque 50 000 personnes en ses murs.

Trop grande, trop vétuste, trop chère à réhabiliter, les pouvoirs publics et ICF Habitat, le bailleur social, ont sonné le glas de cette construction, symbolique des grands ensembles qui ont poussé dans toutes les grandes villes françaises dans les années 1960 et 1970.

L'immeuble avait été vidé de ses habitants depuis 2017. Ses habitants ont été relogés depuis dans d'autres immeubles à Vénissieux, ou dans l'agglomération lyonnaise. D'importants travaux ont été réalisés à l'intérieur du bâtiment pour le préparer à sa démolition, comme l'abattage de toutes les parois. Quelques secondes auront donc suffi à réduire en gravats la barre de 110 mètres de long et forte de 25 000 tonnes de béton.

Cinq mois seront nécessaires pour retirer la montagne de gravats. La destruction de cette tour fait partie d'un important projet de rénovation urbaine doté de plusieurs centaines de millions d'euros qui prévoit, à terme, la construction de plus de 1 000 logements dans des immeubles de petites tailles. Plusieurs tours du quartier avaient déjà été démolies ces dernières années.