This content is not available in your region

Covid-19 : la Hongrie vaccine ses enseignants et veut rouvrir les écoles malgré les inquiétudes

Access to the comments Discussion
Par Olivia Harangozó
euronews_icons_loading
Selon le gouvernement hongrois, près de 162 000 enseignants devraient recevoir une première dose d'ici le 11 avril 2021.
Selon le gouvernement hongrois, près de 162 000 enseignants devraient recevoir une première dose d'ici le 11 avril 2021.   -   Tous droits réservés  (Photo : Attila Balazs/MTVA - Media Service Support and Asset Management Fund)

La Hongrie vient de commencer à vacciner contre le Covid-19 les personnels des jardins d'enfants et des écoles. Selon le gouvernement, près de 162 000 enseignants devraient recevoir une première dose du vaccin d'ici le 11 avril prochain.

Mais la réouverture des écoles prévue une semaine plus tard, le 19 avril, suscite des inquiétudes. Cette date est jugée bien trop rapide pour les syndicats d'enseignants qui redoutent que cela ne contribue à une éventuelle quatrième vague de la pandémie.

"Une salle de classe fait en général 40 mètres carrés. En moyenne, il devrait y avoir 26 enfants à l'école primaire, voire 32 dans certains endroits. Et dans les écoles secondaires, il y a 35 élèves dans une classe. La distanciation physique est totalement impossible", souligne Tamás Totyik, vice-président du syndicat des enseignants. Selon lui, cela a pour conséquences "que les enfants se transmettent le virus et le ramènent dans leur famille."

Des inquiétudes que ne partage pas le premier ministre hongrois qui rappelle qu'il était allé travailler après avoir été vacciné. Selon Viktor Orban, le premier vaccin offre une protection sérieuse, et le retour à l'école des enfants doit permettre aux parents de continuer à travailler.

"Je leur demande de prendre en considération les intérêts des parents - qui doivent être à la maison pour travailler - et qui ne savent pas où emmener leurs enfants"
Viktor Orban
Premier ministre hongrois

Malgré sa peur des aiguilles, László Miklósi, professeur d'histoire, a reçu le vaccin Pfizer dans un hôpital de Budapest.

Selon lui, l'enseignement en ligne est difficile pour les étudiants mais aussi pour les enseignants qui ont au moins trois fois plus de tâches à accomplir. Mais qu'importe, toujours selon lui, les cours à distance restent nécessaires.

Une opinion qui serait partagée par deux tiers de ses collègues d'après une enquête réalisée par le syndicat des enseignants.