DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Soldats des colonies et "racisme" : Londres présente des excuses

euronews_icons_loading
Soldats des colonies et "racisme" : Londres présente des excuses
Tous droits réservés  Ben Curtis/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Un rapport publié jeudi conclut que le Royaume-Uni n'a pas honoré correctement la mort de plus de 100 000 soldats des colonies mort pendant la Première guerre mondiale. Londres a présenté des excuses publiques.

La mort de plus de 100 000 soldats des colonies pendant la Première guerre mondiale n'a pas été honorée comme elle se devait en raison d'un "racisme généralisé". C'est la conclusion d'un rapport publié ce jeudi par la Commonwealth War Graves Commission (CWGC), l'organisme chargé de la mémoire des soldats du Commonwealth.

"Les événements survenus il y a un siècle étaient immoraux à l'époque et le sont encore aujourd'hui. La Commission a clairement failli à bon nombre de ceux qu'elle devait servir en ne respectant pas le principe fondateur d'égalité de traitement dans la mort. Et pour cela, nous sommes profondément désolés", a déclaré Claire Horton, de la CWGC.

Des manquements "inexcusables"

L'Etat britannique se retrouve une nouvelle fois forcé de regarder en face son passé colonial, sur fond de mouvements antiracistes. Le ministre de la Défense a réagi au rapport devant le Parlement, dénonçant des décisions "inexcusables" :

"Lorsque la Commission impériale des sépultures militaires a été créée, son principe fondateur était l'égalité de traitement dans la mort. Quel que soit le rang civil ou militaire d'une personne, quelle que soit sa religion. Malheureusement, les travaux de ce rapport montrent qu'elle n'a pas réussi à respecter ce principe", a reconnu Ben Wallace.

Le rapport rejette notamment la faute sur les administrateurs locaux. Il reprend ainsi les mots du brigadier-général Gordon Guggisberg, gouverneur de la Gold Coast (l'actuel Ghana), qui déclarait à un membre de la Commission en 1923 que "l'autochtone moyen ne comprendrait pas ni n'apprécierait pas une pierre tombale", et plaidait pour des monuments collectifs anonymes.

Le mois dernier, un rapport commandé par le gouvernement avait conclu que les préjugés persistaient au Royaume-Uni mais que le pays n'était pas "institutionnellement raciste", ce qui a mis provoqué de vives réactions chez les défenseurs de l'égalité.

La CWGC a été créée pendant la Première guerre mondiale. Elle s'occupe des tombes de guerre sur 23 000 sites dans plus de 150 pays, soit près de 1,7 million de défunts.