EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Dossier Navalny : sanctions russes contre des personnalités européennes

La présidente de la commission européenne Ursula von der Leyen et le président russe Vladimir Poutine, à Berlin (Allemagne), le 19/01/2020 - photo d'archives
La présidente de la commission européenne Ursula von der Leyen et le président russe Vladimir Poutine, à Berlin (Allemagne), le 19/01/2020 - photo d'archives Tous droits réservés Alexei Nikolsky, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP
Tous droits réservés Alexei Nikolsky, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP
Par Olivier Peguy avec AFP, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Russie prend des sanctions contre des hauts responsables européens, en représailles aux sanctions adoptés par Bruxelles dans le cadre du dossier Alexeï Navalny.

PUBLICITÉ

La Russie a annoncé ce vendredi de sanctions contre 8 hauts responsables européens. Une mesure prise en représailles aux sanctions adoptés le mois dernier par Bruxelles contre des responsables russes.

Dans le communiqué publié sur son site, le ministère des Affaires étrangères accuse l'Union européenne de tout faire pour - je cite : "entraver le développement" de la Russie.

Les sanctions russes consistent notamment en des interdictions d'entrée sur le territoire.

Les personnalités visées sont notamment l'Italien David Sassoli, président du parlement européen.

Ce dernier a déjà réagi : "Aucune sanction ne m'empêchera de défendre les droits de l'homme, la liberté et la démocratie", a-t-il écrit sur Twitter.

Autre personnalité visée : la Tchèque Vera Jourova, vice-présidente de la commission chargée des Valeurs et de la Transparence.

Les sanctions russes visent aussi des personnes impliquées dans le dossier Alexei Navalny, du nom de cet opposant russe victime d'un empoisonnement l'été dernier.

Ainsi le député français Jacques Maire, rapporteur spécial sur l'empoisonnement de Navalny au Conseil de l'Europe.

L'opposant russe a été arrêté en janvier dernier, à son retour à Moscou. Et son sort inquiète de nombreux dirigeants en Europe.

Début mars, Bruxelles a annoncé l'imposition de sanctions contre des responsables russes accusés, selon l'Union européenne, de graves violations des droits de l'Homme, en lien avec le cas Navalny.

Les sanctions européennes comprennent notamment l'interdiction d'entrée sur le territoire européen et le gel des avoirs.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Poutine menace de livrer aussi des missiles "à d'autres" pays pour frapper l'Occident

No Comment : une chaleur anormale à Saint-Pétersbourg, en Russie

Purges dans l'armée russe continuent, le chef d'état-major adjoint détenu