DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'Espagne débordée par l'arrivée de migrants à Ceuta

euronews_icons_loading
L'Espagne débordée par l'arrivée de migrants à Ceuta
Tous droits réservés  Bernat Armangue/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

La situation à Ceuta met une fois de plus en lumière le drame migratoire et le problème qu'il pose aux pays du sud de l'Europe. Environ 8 000 personnes sont entrées illégalement dans l'enclave espagnole depuis le Maroc entre lundi et mardi, obligeant Madrid à déployer des forces supplémentaires.

Si la moitié de ces immigrants ont déjà été renvoyés, 1 500 mineurs figurent parmi l'autre moitié, restée en territoire espagnol. Jouissant d'un "statut spécial", le ministère de l'Intérieur espagnol assure qu'ils ne seront pas renvoyés, alors que certaines ONG dénoncent des violations des droits de l'homme.

Ceuta, 85 000 habitants, vit dans l'incertitude et l'inquiétude face à ce qui s'apparente à une avalanche migratoire. Les habitants craignent que l'absence de contrôle sanitaire ne ruine leurs efforts pour contrôler la pandémie de coronavirus.

Beaucoup de ceux qui ont réussi à entrer ont passé la nuit dans des parcs et dans les rues de la ville, craignant d'être expulsés. Parmi eux, Aisha Diakaté, une demandeuse d'asile du Mali, qui pensait être sûre de recevoir une assistance en arrivant à Ceuta. "Mais maintenant, ils nous ont dit que nous devions partir (retourner au Maroc), mais je refuse, je suis malade" soupire-t-elle, errant dans la rue avec sa fille de deux ans.

Crise diplomatique

Les migrants entrent à Ceuta à pied ou à la nage, certains disent même avoir été encouragés par les forces marocaines, donnant lieu à des drames ; un homme est ainsi mort noyé en tentant de joindre Ceuta ce lundi.

Les forces de l'ordre espagnoles et les volontaires de la Croix-Rouge ont sauvé des dizaines de personnes en mer, dont de nombreux enfants et des bébés.

L'avalanche migratoire a plongé Madrid et Rabat dans leur plus grande crise diplomatique depuis 20 ans. Le Premier ministre espagnol s'est rendu à Ceuta mardi, et a été accueilli par des huées. 30 millions d'euros d'aide ont été alloués au Maroc par le parlement espagnol pour aider le pays à lutter contre cette migration irrégulière, un poste de dépense déjà prévu au budget de l'Etat.

Au Maroc, le ministre chargé des droits l'homme et des relations avec le parlement a été le premier à briser le silence sur cette question, assurant que l'Espagne "sait que le prix à payer est élevé lorsque l'on sous-estime le Maroc". Une référence à l'accueil du leader du front Polisario à Madrid, fin avril.