DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'UE soutient la construction d'habitations à partir d'imprimantes 3D

Par Julian GOMEZ  & Euronews
euronews_icons_loading
Smart Regions
Smart Regions   -   Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

Vivra-t-on bientôt dans des habitations créées par des imprimantes 3D ? L'idée fait son chemin sur le vieux continent, pionnier dans la recherche de solutions de constructions innovantes.

La plus grande imprimante 3D d'Europe, située sur le campus Kamp C à Westerlo en Belgique, a permis la construction d'une maison en béton de deux étages, d'une surface de 90 m². Ce projet d'1,6 millions d'euros, financé à 40% par l'Union européenne a nécessité 60% de matériaux en moins que pour une construction traditionnelle.

Une maison durable

"Le secteur de la construction travaille encore de manière très traditionnelle et utilise encore beaucoup de matériaux, et produit trop de déchets" explique Kathleen Helsen, membre de l'exécutif de la province d'Anvers.

"Nous voulons changer cette approche. Mais si nous voulons contribuer à convaincre le secteur de la construction d'investir dans l'automatisation et le monde numérique, nous devons leur montrer des exemples de bonnes pratiques. C'est pourquoi cela a permis d'imprimer cette maison ici" souligne-t-elle.

Trois semaines ont été nécessaires pour façonner ce logement à faible consommation d'énergie. Des économies réalisées grâce à une technologie innovante à base d'argile incorporé au plafond, qui permet de contrôler la température et l'humidité à l'intérieur de l'habitation.

"L'argile est un produit circulaire. Vous pouvez toujours la réutiliser" explique Marc Smets de l'entreprise Argillatherm. "Cette argile est pré-comprimée, c'est un système séché. Nous pouvons donc y placer des tubes. Et dans ces tubes, nous distribuons de l'eau chaude et de l'eau froide".

Imprimer des structures plus grandes ?

Selon les autorités régionales, cette initiative de haute technologie pourrait contribuer à moderniser le secteur européen de la construction et à le rendre plus durable.

"Nous voulons aller de l'avant et utiliser cette imprimante 3D de manière efficace pour créer de nouvelles propositions" indique Charlotte Van Antenaeken, étudiante à l'université belge Thomas More, partenaire du projet.

"Nous voulons comprendre comment imprimer des surfaces qui permettent des structures architecturales plus solides, capables de résister à plus de poids".

Les développeurs espèrent voir apparaître d'autres initiatives d'économie circulaire dans le secteur du bâtiment de l'Union européenne, qui emploie environ 5 millions de personnes.