DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le "roi de la cocaïne" italien, Rocco Morabito, arrêté au Brésil

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Avis de recherche Interpol
Avis de recherche Interpol   -   Tous droits réservés  Interpol
Taille du texte Aa Aa

En cavale depuis deux ans, un gros bonnet de la mafia italienne a été interpellé au Brésil. Rocco Morabito a été arrêté ce lundi à Joao Pessoa dans le Nord-Est du pays, au terme d'une enquête conjointe entre le Brésil et l'Italie.

L'homme âgé de 54 ans est un haut responsable de la 'Ndrangheta, la redoutable mafia calabraise spécialisée notamment dans le trafic de cocaïne. Il était en cavale depuis juin 2019 après avoir réussi à s'échapper d'une prison en Uruguay où il attendait d'être extradé vers l'Italie. Un de de ses bras droits, Vincenzo Pasquino, a également été arrêté.

Rocco Morabito était le deuxième criminel le plus recherché par Rome. Il a déjà été condamné à 30 ans de prison pour association de délinquants à caractère mafieux. Surnommé le "roi de la cocaïne" à Milan, il était un des piliers du trafic de drogue entre le Brésil et l'Europe depuis les années 1990. Originaire d'Africo, un village du Sud de la Calabre, il est l'un des responsables les plus importants du clan "Africo Nuovo".

Evadé d'une prison uruguayenne

L'Italien avait été arrêté en septembre 2017 dans un hôtel de Montevideo après avoir résidé pendant 13 ans sous une autre identité à Punta del Este, une station balnéaire huppée à 140 km de la capitale uruguayenne.

Il avait en effet obtenu en 2004 des papiers uruguayens en présentant un faux passeport brésilien au nom de Francisco Antonio Capeletto Souza, mais avait fini par être démasqué après avoir inscrit sa fille au collège sous sa réelle identité.

La justice uruguayenne avait approuvé son extradition vers l'Italie en 2018, mais en juin 2019, il avait réussi à s'enfuir avec trois autres détenus de la prison centrale de Montevideo en passant par un trou dans le toit, vraisemblablement en corrompant plusieurs gardiens. Cette fuite avait déclenché une véritable chasse à l'homme, en vain, et abouti à la démission du chef de l'administration pénitentiaire.