DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le casse-tête européen des sanctions contre le Bélarus

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Le casse-tête européen des sanctions contre le Bélarus
Tous droits réservés  WOJTEK RADWANSKI/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Après le message c'est l'heure de la réalisation pour l'Union européenne. Les chefs d'Etat et de gouvernement ont annoncé lundi des sanctions contre le Bélarus suite au détournement d'un avion de ligne et à l'arrestation de deux passagers.

C'est maintenant aux ministres des Affaires étrangères de mettre en œuvre ces mesures et d'envisager d'autres options. Le chef de la diplomatie européenne assure que les décisions seront prises rapidement. "Ce paquet de sanctions est presque prêt et je pense que nous n'avons pas besoin d'attendre un autre Conseil informel des Affaires étrangères pour l'approuver", explique Josep Borrell.

Les 27 veulent envoyer un message fort. "Nous inclurons non seulement des personnalités mais aussi des entreprises et le secteur bancaire. Nous allons vérifier aussi les conséquences de nos sanctions contre le Bélarus et nous allons essayer de viser Alexandre Loukachenko", explique le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas. Pour le diplomate le premier message de l’UE est la libération des 400 prisonniers politiques.

Ce sera seulement le début d'une spirale de sanctions
Heiko Maas
ministre allemand des Affaires étrangères

L'Union veut agir vite et les premières mesures pourraient être adoptées dès la semaine prochaine. Certaines voix soulignent cependant que de telles sanctions ont peu d'impact sur le Bélarus et ne font que pousser un peu plus son dirigeant Alexandre Loukachenko dans les bras politiques et économiques de son homologue russe Vladimir Poutine. Les 27 refusent officiellement de coupler Minsk et Moscou mais de nombreux diplomates reconnaissent que ce lien est inévitable.

Le président français a souligné mardi que l'Union ne devait pas abandonner ses sanctions contre la Russie mais elle devait aussi évaluer de nouvelles façons de répondre au défi posé par le Kremlin. "Nous avons besoin de recadrer très profondément notre relation avec la Russie pour ne pas être simplement réactif mais définir une stratégie de court, moyen et long terme compte tenu du fait que l'espace de sécurité européen passe par une discussion exigeante avec la Russie", a expliqué Emmanuel Macron.

Les dirigeants de l’UE ont demandé au chef de la diplomatie européenne de préparer pour le prochain sommet une série d'options concernant les relations avec Moscou. Le Conseil européen se déroulera le mois prochain, quelques jours à peine après la rencontre bilatérale entre les présidents russe et américain.