DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Détournement d'avion et arrestation d'un opposant : les 27 ont frappé vite et fort contre le Bélarus

euronews_icons_loading
Détournement d'avion et arrestation d'un opposant : les 27 ont frappé vite et fort contre le Bélarus
Tous droits réservés  John Thys/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

La réaction européenne "est à la hauteur de la gravité" des événements "absolument inacceptables, choquants et scandaleux" orchestrés par le Bélarus. "Nous ne tolérerons pas que l'on tente de jouer avec la vie de civils innocents".

Ces propos sont ceux du président du Conseil européen Charles Michel 24 heures après le détournement de l'avion de ligne de Ryanair à Minsk et l'arrestation d'un jeune opposant politique et journaliste bélarusse.

Les dirigeants européens ont voulu frapper vite et fort. Deux heures après le début du sommet, les 27 ont demandé la libération immédiate de Roman Protassevitch et de sa compagne Sofia Sapega, annoncé de nouvelles sanctions économiques ciblées contre le Bélarus et interdit aux compagnies aériennes bélarusses d'utiliser l'espace aérien et les aéroports de l'Union européenne.

Pour Ursula von der Leyen, présidente de la Commission de l'Union européenne. ce qui s'est passé est "une attaque contre la démocratie, contre la liberté d'expression et contre la souveraineté européenne. C'est pourquoi le Conseil européen a décidé que des sanctions supplémentaires seraient prises à l'encontre des personnes impliquées dans le détournement d'avion, mais aussi, à l'encontre des entreprises et des entités économiques qui financent ce régime".

Depuis son arrestation, Roman Protassevitch a été exhibé à la télévision d'État bélarusse. Il dit se trouver dans un centre de détention provisoire à Minsk et nie avoir des problèmes cardiaques comme signalés plus tôt dans la journée.

Critique du président bélarusse Alexandre Loukachenko, Protassevitch est sur la liste noire des services secrets bélarusses depuis novembre dernier pour avoir joué un rôle clé dans l'organisation de manifestations massives contre le dirigeant autoritaire.

Dans cette vidéo, il "avoue" aussi avoir organisé des troubles de masse à Minsk. Il encourt donc une lourde peine de prison.

La Russie, alliée clef du Bélarus, a réagi en taxant les occidentaux d'hypocrites. Elle a rappelé l'incident de 2013 lorsque la CIA avait exigé l'atterrissage d'un avion dans le cadre de la chasse au lanceur d'alerte américain Edward Snowden.

Dans ce contexte diplomatiquement explosif, le président bélarusse n'a pas encore fait de déclaration officielle.

Le Bélarus étant voisin de plusieurs pays membres de l'OTAN, comme la Pologne et la Lituanie, l'incident est au cœur des préoccupations de l'alliance militaire. Varsovie comme Vilnius ont dénoncé le terrorisme d'État du Bélarus.

Sources additionnelles • AP, AFP