Après les sanctions, l’UE cherche son positionnement avec le Bélarus

Après les sanctions, l’UE cherche son positionnement avec le Bélarus
Tous droits réservés GINTS IVUSKANS/AFP or licensors
Tous droits réservés GINTS IVUSKANS/AFP or licensors
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Réunis en sommet les dirigeants de l’UE ont rapidement sanctionné le détournement d’un avion de ligne par Minsk. Les 27 s’interrogent sur la possibilité de coupler ou non le dossier bélarusse avec celui de la Russie.

PUBLICITÉ

"Notre Bélarus est dans la tempête". Avec leurs panneaux quelques opposants au pouvoir à Minsk ont bravé la pluie bruxelloise pour alerter les dirigeants de l'UE réunis mardi pour le 2e jour du sommet européen. Les 27 ont affiché leur unité contre le régime d'Alexandre Loukachenko. Pour les manifestants la fermeture de l'espace aérien européen aux avions bélarusses et les nouvelles sanctions ne sont cependant pas suffisantes.

L'Union européenne demande la libération immédiate du journaliste d'opposition Roman Protassevitch. Minsk est accusée par les 27 d'avoir détourné un avion de ligne européen et d'avoir usé de la force avec l'envoi d'un avion de combat. "Nous étudions maintenant des sanctions économiques plus larges, nous nous penchons sur les ressources du régime bélarusse. Il faudra du temps pour que ces sanctions fassent effet", explique le Premier ministre letton Krišjānis Kariņš.

Les relations avec la région posent de plus en plus de problème à l’UE. Les dirigeants devaient évoquer de nouvelles orientations à l'égard de la Russie. Mais l'arrestation de Roman Protassevitch a bousculé l'ordre du jour du sommet. Le fond des discussions avec la Russie est reporté. Les Etats membres s'interrogent désormais sur le fait de lier ou non les dossiers russes et bélarusses.

"Il y a des pays qui pensent qu'il faut séparer le Bélarus et la Russie car Moscou pourrait se débarrasser d'Alexandre Loukachenko et faire ainsi partie de la solution. D'autres sont plus sceptiques et estiment qu'il faut faire augmenter le coût du soutien de Moscou au Bélarus, ce n'est qu'une fois que la facture sera élevée que la Russie pourrait abandonner Alexandre Loukachenko", explique Gustav Gressel du European Council on Foreign Relations.

L'Union européenne fera le point le mois prochain sur ses relations avec Moscou. Les 27 ont demandé au chef de la diplomatie commune, Josep Borrell, de préparer un rapport sur la Russie. Les dirigeants savent aussi qu'agir à l'encontre du Kremlin aura nécessairement un impact sur le régime bélarusse.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’opposition bélarusse en exil demande à l’UE de faire plus contre Minsk

Bélarus : après les sanctions européennes, les appels à renforcer la mobilisation

La présidente géorgienne a mis son veto à la "loi russe", "un sabotage de notre voie européenne"