DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La Biennale de la danse est de retour à Lyon, avec de l'énergie à revendre

Access to the comments Discussion
Par Andrea Bolitho  & euronews
euronews_icons_loading
La Biennale de la danse est de retour à Lyon, avec de l'énergie à revendre
Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

C'est l'un des premiers événements culturels de retour, depuis la crise sanitaire, mais ce ne sera pas dans les rues de Lyon comme d'habitude. La Biennale de la danse qui aura lieu au théâtre de Fourvière s'intéresse cette année à l'Afrique, avec des troupes venues de 16 pays. Le chorégraphe nigérian Qudus Onikeku a recruté 16 danseurs amateurs de la région de Lyon pour son spectacle "Incarnation" :

"J'étais également intéressé par la façon dont les danseurs de la jeune génération réincarnent les connaissances et les recherches du passé d'une manière plus contemporaine, explique le chorégraphe, même s'ils n'ont pas d'éducation directe ou de transmission de cela, mais il y a une façon dont le corps se régénère et se souvient."

La décision de maintenir le festival a été prise à la dernière minute, mais les mois de stress ont été payants pour les artistes et les organisateurs.

"C'est vraiment les nouvelles générations qui ont envie d'inventer par elles-mêmes, explique la directrice artistique de l'événement, Dominique Hervieu, et qui se lancent des défis et ça se sent dans leur danse et en effet c'est très, très énergique."

L'un des spectacles qui ouvre cette biennale, c'est "Urgence", présenté par cinq jeunes hommes, qui ont découvert la danse dans leur centre culturel. Aujourd'hui leur prestation illustre leur rage et leur passion.

"L'urgence c'est l'urgence de vivre, remarque Antoine Colnot, directeur de la compagnie HKC, c'est cette urgence qui nous met en route, qui nous met en chemin, qui nous met debout. Et on avait rencontré des jeunes qui étaient éteints j'ai envie de dire. Et là quand on les a rencontrés ces cinq là, ils avaient l'envie de trouver leur voie, l'envie d'y aller, l'envie de s'arracher, l'envie de casser les carcans".

Ses marionnettes géantes font presque quatre mètres de haut et pèsent 30 kilos. Les danseurs de Bouba Landrille Tchouda doivent repenser leur façon de bouger pour faire ressortir la grâce et la personnalité des marionnettes.

_ "__Elles ne peuvent pas tout faire les marionnettes,_ dit le chorégraphe, mais elles peuvent faire beaucoup de choses et j'essaie de faire comme avec les danseurs c'est-à-dire que je travaille sur les possibilités des danseurs, les points forts qu'ils ont."