DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Vaccination des 12-15 ans : quels sont les pays européens qui s'y mettent ?

euronews_icons_loading
Vaccination des 12-15 ans : quels sont les pays européens qui s'y mettent ?
Tous droits réservés  Vincent Thian/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

L'autorisation accordée vendredi dernier par l'Agence européenne des médicaments pour la vaccination des 12-15 ans accélère la cadence. Jusque là, le vaccin disposait d'une autorisation de mise sur le marché conditionnelle pour les plus de 16 ans.

La Roumanie est le premier pays de l'UE à s'être lancé dans la vaccination des plus de 12 ans mercredi. En France, le président Emmanuel Macron a annoncé mercredi que les adolescents âgés de 12 à 18 ans auraient accès à la vaccination à partir du 15 juin. L'Italie en a fait de même et administrera le vaccin de Pfizer-BioNTech.

L'Allemagne avait annoncé - avant même que l'AEM donne son feu vert - son souhait, son intention de vacciner les ados à compter du 7 juin. La Pologne en fera de même ce jour.

En France, le président Emmanuel Macron a annoncé mercredi que les adolescents âgés de 12 à 18 ans auraient accès à la vaccination à partir du 15 juin.

Faut-il vacciner les plus jeunes ?

La France, qui a vacciné plus de 50% des adultes avec au moins une dose, considère que l'extension de la vaccination aux 12-15 ans va "participer du mouvement d'immunité collective" et permettra aussi de limiter les fermetures d'établissements à la prochaine rentrée scolaire.

Les jeunes étant des vecteurs de transmission, la vaccination pourrait ainsi limiter la contamination dans la sphère familiale. Mais elle reste "en aucun cas obligatoire" et soumise "à l'accord des parents".

Sur le plan sanitaire, l'étude menée par l'Agence européenne des médicaments sur près de 2 000 adolescents a mis en évidence "une efficacité de 100%" contre les formes symptomatiques de la maladie et des effets secondaires "similaires" à ceux observés chez les personnes plus âgées.

L'Agence européenne des médicaments souligne toutefois que la taille "limitée" de l'essai pourrait avoir laissé échapper des effets indésirables "rares".

De son côté, le Centre européen de contrôle des maladies a recommandé, dans un rapport publié mardi, d'analyser la situation sanitaire des personnes âgées avant d'administrer les vaccins aux 12-18 ans.