DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Copa América au Brésil : la vaccination des joueurs contre le Covid-19 n'est plus exigée

euronews_icons_loading
Copa América au Brésil : la vaccination des joueurs contre le Covid-19 n'est plus exigée
Tous droits réservés  Andre Penner/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Le Brésil n'est plus à un paradoxe près.

Le jeu plutôt que la santé, cela semble être la priorité du ministre brésilien de la Santé qui n'obligera pas les équipes de la Copa América à se faire vacciner contre le Covid-19.

A l'heure où le pays vit une hécatombe sanitaire et est sous la menace d'une troisième vague meurtrière, la compétition qui débute dimanche s'annonce chaotique.

"La question du vaccin n'est pas une obligation. S'ils sont vaccinés tant mieux. Mais on ne va pas s'efforcer de vacciner maintenant. Parce que le vaccin peut provoquer une réaction, et cela pourrait compromettre la compétitivité des joueurs" explique Marcelo Queiroga, ministre brésilien de la Santé.

"Si la vaccination était obligatoire en ce moment, ils n'auraient pas d'immunité d'ici le début de la compétition", a ajouté le ministre, qui a rappelé que d'autres compétitions se déroulent au Brésil sans cette exigence, comme les éliminatoires de la Coupe du monde ou la Copa Libertadores.

Le coordinateur de la Copa América, André Pedrinelli, a toutefois précisé que six des dix délégations qui disputeront le tournoi (composées de 65 personnes chacune) sont déjà complètement vaccinées et que deux autres finiront de l'être avant le début de la compétition qui démarre dimanche et s'achève le 10 juillet.

Autres mesures annoncées : un test PCR tous les deux jours pour les délégations, elles resteront dans des chambres individuelles dans leurs hôtels et voyageront entre les villes hôtes en avions. Les matchs, eux, se joueront sans public.

Le Brésil a créé la surprise en acceptant au pied levée d'organiser la compétition, après les désistements de l'Argentine et de la Colombie. Ce choix du deuxième pays le plus endeuillé par le Covid, a déclenché une avalanche de critiques. En cause : la lenteur de la vaccination. Pour l'heure, seulement 11% de la population a été immunisée avec deux doses de vaccin.