La Hongrie veut interdire la "promotion" de l'homosexualité auprès des mineurs

La Hongrie veut interdire la "promotion" de l'homosexualité auprès des mineurs
La Hongrie veut interdire la "promotion" de l'homosexualité auprès des mineurs Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le parti du Premier ministre hongrois Viktor Orban a déposé jeudi des amendements législatifs visant à interdire la "promotion" de l'homosexualité ou du changement de sexe auprès des mineurs.

PUBLICITÉ

Être gay, lesbienne bi ou trans ne va pas devenir plus facile en Hongrie. Bien au contraire. Le parti du Premier ministre hongrois Viktor Orban souhaite interdire la "promotion" de l'homosexualité ou du changement de sexe auprès des mineurs.

Cinq ONG, dont Amnesty International et Budapest Pride, ont aussitôt dénoncé, dans un communiqué, "cette nouvelle proposition" du Fidesz, similaire selon elles à la loi russe qui punit tout acte de "propagande" homosexuelle destinée aux plus jeunes.

Des amendements ont été déposés par le parti au pouvoir dans le cadre d'un arsenal visant à lutter contre la pédophilie. Un amalgame dénoncé par l'ONG Amnesty International. 

''Il n'y a pas de loi similaire dans l'Union européenne, et c'est un énorme pas en arrière pour les droits de l'homme et les libertés. Nous ne voyons d'autre exemples similaires qu'en Russie et en Chine", souligne Luca Dudits, membre de Háttér Társaság, une ONG de défense des LGBTQI+.

Concrètement, cette interdiction s'appliquerait à des livres pour enfants, à des programmes éducatifs ou à des publicités de grands groupes solidaires des gays et lesbiennes, comme la campagne de Coca-Cola de 2019, qui avait suscité des appels au boycott.

Le parti conservateur est déjà connu pour sa politique conservatrice et une rhétorique violente à l'encontre des LGBT. L'un de ses membres, par ailleurs président du Parlement, avait assimilé en 2019 les homosexuels à des pédophiles. 

En décembre 2020, le Parlement hongrois a adopté un paquet législatif inscrivant la notion traditionnelle de la famille et du "genre" dans la Constitution et interdisant de facto l'adoption aux couples de même sexe.

Une politique et une rhétorique qui déteignent sur l'opinion publique. Dans un Eurobaromètre, une majorité de Hongrois se disaient mal à l'aise avec des homosexuels qui s'affichent en public, contre environ un tiers pour les habitants de l'UE en général. La Hongrie était le pays de l'UE enregistrant la plus forte augmentation de cette proportion entre 2015 et 2019.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une progression de l’extrême droite dans l’UE inquiète la communauté LGBTQIA+

Loi anti LGBTQ en Irak : Bruxelles et Washington s'inquiètent

En Pologne, la communauté LGBT en quête d'égalité