This content is not available in your region

Un sommet pour donner un nouvel élan à l’Otan

Access to the comments Discussion
Par Efi Koutsokosta  & Euronews
euronews_icons_loading
Un sommet pour donner un nouvel élan à l’Otan
Tous droits réservés  KENZO TRIBOUILLARD/AFP

L’Otan accueille à bras ouverts le président américain. Pour le sommet de lundi l’Alliance veut tourner la page de la défiance qui a caractérisé les années Trump.

De son côté Washington devrait chercher à rassurer les Alliés avec un message : l’Otan est un élément essentiel de la sécurité du Vieux Continent et des Occidentaux. S'il reste tout de même des points de divergence, pour l’ambassadeur américain faisant fonction auprès de l’Otan, l’Alliance n’est certainement pas "obsolète" comme l’affirmait Donald Trump. "Dans un monde où les menaces progressent, où les régimes autocratiques progressent il est encore plus important de s’engager et de renforcer l’Otan comme l’espace où la démocratie peut se rassembler", explique Douglas Jones.

La Chine est un des points de discordance entre les Alliés. Les Etats-Unis veulent renforcer la sécurité à l’encontre de Pékin. Mais le ministre français de la Défense estime que les Européens ne partagent pas complètement cette inquiétude. Paris continue par ailleurs de plaider pour une autonomie stratégique de l’Europe sur les questions sécuritaires. Douglas Jones reconnaît que "nous ne sommes pas d’accord sur tout mais nous sommes d’accord sur beaucoup". Il souligne d’ailleurs que la Chine "n’était même pas à l’ordre du jour il y a quelques années, elle l’est aujourd’hui".

Si Pékin est perçu par Washington comme le nouveau défi, les anciens ennemis demeurent. Joe Biden a entamé son déplacement en Europe par un avertissement à la Russie et promet d’agir de façon solidaire pour assurer la sécurité européenne. "La Russie demeure pour l’Otan la menace immédiate et les Etats-Unis ont assuré qu’ils n’hésiteraient pas à répondre fermement aux actions de déstabilisation russes", insiste l’ambassadeur américain.

Joe Biden rencontrera mercredi pour la première fois son homologue russe, Vladimir Poutine. Cet entretien se déroulera après le sommet de l’Otan où Washington devrait rappeler son attachement à l’article 5 qui prévoit la protection mutuelle de tous les Alliés.