Plus de la moitié des villes européennes ont un air trop pollué

Plus de la moitié des villes européennes ont un air trop pollué
Tous droits réservés AP Photo/Armando França
Tous droits réservés AP Photo/Armando França
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

On respire mal en Europe : l'air est pollué dans de plus de la moitié des villes européennes malgré les confinements de l'année dernière.

PUBLICITÉ

On respire mal en Europe : l'air est pollué dans de plus de la moitié des villes européennes malgré les confinements de l'année dernière.

L'Est, où le charbon reste une source d'énergie importante, est le plus touché : Nowy Sącz en Pologne a la palme du pire, suivi de Crémone en Italie, et Slavonski Brod en Croatie.

Le meilleur air, c'est à Umeå en Suède, Tampere en Finlande et Funchal au Portugal.

"Les particules fines sont un polluant atmosphérique essentiel, explique de Dr.Catherine Ganzleben, chef du groupe pollution de l'air à l'agence européenne de l'environnement.  Elles sont à l'origine de plus de 400 000 décès prématurés par an en Europe et sont liées à des maladies graves, notamment les maladies cardiaques et pulmonaires, deux des principales causes de décès en Europe. Si vous vivez dans une ville où l'air est pollué, cela nuit à votre santé et à celle de vos enfants".

 Les confinements ont permis de réduire considérablement les niveaux de dioxyde d'azote, qui ont chuté de plus de 60 % dans certaines villes, mais les niveaux de particules restent élevés. Car il existe bien d'autres sources de pollution que le seul trafic routier, notamment le chauffage.

"Nous devons cesser d'investir de l'argent dans l'industrie des combustibles fossiles, recommande le docteur Ganzleben, et nous devons nous concentrer sur les émissions provenant de l'agriculture, nous devons examiner nos systèmes de transport et enfin, en ce qui concerne la production d'énergie, nous devons nous éloigner des combustibles fossiles."

 Catherine Ganzleben appelle les citoyens de l'Europe à faire pression sur leurs gouvernements et leurs autorités locales pour faire améliorer de l'air, et ainsi sauver des vies.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Géorgie : 20 000 personnes contre la "loi russe"

Législatives croates : les conservateurs pro-européens en tête

Le commandant de l'opération Aspides appelle au renforcement des forces en mer Rouge