DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le Brexit est réalisé mais pas totalement accompli

Par Christopher Pitchers  & Euronews
euronews_icons_loading
Le Brexit est réalisé mais pas totalement accompli
Tous droits réservés  OLI SCARFF/AFP
Taille du texte Aa Aa

Le 23 juin 2016 le Royaume-Uni décidait de quitter l'Union européenne. Cinq ans plus tard la question du Brexit est loin d'être clôturée. En 2019 Boris Johnson remportait les élections législatives et entrait au 10 Downing Street avec le slogan "Let's Brexit done", "réalisons le Brexit" en français. La sortie britannique deviendra réalité en décembre 2020.

La page n'est cependant pas pour vraiment tournée. "Le Brexit est peut-être réalisé mais les conséquences du Brexit vont nous occuper encore des années et même des décennies", estime l’eurodéputé David McAllister (PPE).

Au cœur des difficultés se trouve le protocole nord-irlandais. Ce document maintient le territoire britannique au sein du marché intérieur européen et institue donc une frontière douanière entre la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord. Une période de grâce de trois mois a été accordée pour éviter aux supermarchés de se retrouver en début d'année en rupture de stocks. Mais la décision unilatérale de Londres de prolonger jusqu'en octobre cette étape intermédiaire a provoqué la colère de l'UE.

"Nous sommes prêts à faire preuve de flexibilité. Mais si le Royaume-Uni continue sa politique de mesures unilatérales, sans concertation avec la Commission européenne et la République d'Irlande, alors nous devrons être fermes, rapides et résolus avec des mesures de rétorsion", insiste David McAllister.

Eddie Mulholland/AP
La Commission européenne et le gouvernement britannique poursuivent les discussions car tous les problèmes ne sont pas réglésEddie Mulholland/AP

La sortie britannique entraine son lot de documents administratifs supplémentaires pour autoriser l'entrée de biens sur le continent. Le commerce est donc fortement affecté par ces nouvelles mesures. Mais cette charge touche plus lourdement le Royaume-Uni. "On sait exactement où sont les vrais dégâts", explique l’eurodéputé Bernd Lange (S&D) et les dommages touchent de nombreux secteurs dont les services financiers, un domaine clef pour le Royaume-Uni.

Le Brexit frappe aussi les droits des citoyens. La liberté de circulation n'est plus possible entre le territoire britannique et le continent. De plus en plus de personnes sont renvoyées ou détenues à leur arrivée au Royaume-Uni. Pour l'Union il faut trouver des solutions à ces difficultés. "Ce partenariat n'est pas seulement une question d'affaires et de commerce, on parle de personnes de part et d'autre de la Manche, des gens avec leur famille qui espèrent pouvoir vivre au mieux malgré les décisions politiques", estime David McAllister.

Si de nombreux Britanniques devraient célébrer cette semaine le Brexit, sur le continent les Etats membres devraient au contraire s'épargner tout commentaire.