DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

A une semaine des législatives anticipées, les socialistes bulgares veulent se réinventer

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Le congrès du Parti Socialiste bulgare, à l'ombre du monument soviétique de Buluzdja
Le congrès du Parti Socialiste bulgare, à l'ombre du monument soviétique de Buluzdja   -   Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

C'est sous le célèbre monument soviétique de Buluzdja qu'a eu lieu ce weekend le congrès d'anniversaire du parti socialiste bulgare, à moins d'une semaine des élections législatives anticipées. La formation, 130 ans d'existence, essaie aujourd'hui de se réinventer.

Damian Vodenitcharov, correspondant en Bulgarie : "Le parti socialiste est en déclin, en particulier depuis le scrutin législatif d'avril, lors duquel il a perdu 10% de ses électeurs. Il essaie aujourd'hui de se faire passer pour un parti anti-système".

Les élections d'avril ont fini dans une impasse en effet, personne n'étant en mesure de former un nouveau gouvernement.

Korneliya Ninova est la dirigeante des socialistes bulgares : "J'ai entamé une difficile réforme au sein du parti. Nous avons introduit des mandats pour les députés et le président. Le président est élu directement, afin d'éliminer les accords secrets au sein du parti. Un petit cercle utilisé pour décider qui devrait être au pouvoir. Et j'ai subi des attaques à cause de ça".

J'ai entamé une difficile réforme au sein du parti (...) Et j'ai subi des attaques à cause de ça.
Korneliya Ninova
Présidente du Parti Socialiste bulgare

Ninova a accusé l'ancien Premier ministre Boyko Borissov de corruption et de complaisance envers les oligarques. En 2013 pourtant, c'est le parti socialiste lui-même qui avait nommé et élu le magnat des médias Delyan Peevski au poste de chef de l'agence de sécurité la plus puissante de Bulgarie. Ninova elle-même avait voté pour. Un sujet qu'elle balaie de la main aujourd'hui : "Je ne peux pas accepter d'être blâmée pour des décisions passées que ni moi ni mon équipe n'avons prises. J'ai été responsable du Parti socialiste ces quatre dernières années et j'assume mes responsabilités pour cette période, vous pouvez me demander n'importe quoi sur ces quatre ans " !

Le parti socialiste est crédité d'environ 15% des voix, ce qui le placera en troisième position des suffrages.