DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Afghanistan : les talibans disent s’être emparés d’un poste-frontière clé avec le Pakistan

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Les talibans célèbrent leur victoire.
Les talibans célèbrent leur victoire.   -   Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Les talibans, qui mènent depuis deux mois une offensive contre les forces afghanes, ont dit, mercredi 14 juillet, s'être emparés d'un poste-frontière clé avec le Pakistan, à Spin Boldak. ce qu'ont démenti les autorités afghanes, malgré des témoignages confirmant les assertions des insurgés.

Un responsable des forces pakistanaises de sécurité ayant requis l'anonymat a de son côté indiqué à l'AFP que les talibans avaient "hissé leur drapeau et retiré le drapeau afghan" du poste-frontière entre les localités de Spin Boldak, en Afghanistan, et Chaman, au Pakistan.

Des habitants de la zone ont fait état d'une forte présence des talibans dans la ville frontalière de Weish, notamment dans les bâtiments officiels, ainsi que sur la route reliant Spin Boldak à Kandahar, la capitale provinciale.

Le porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur a de son côté assuré que les talibans n'avaient pas réussi à s'emparer du poste-frontière. "Les terroristes talibans ont fait mouvement près de la zone frontalière" dans le district de Spin Boldak, mais "les forces de sécurité ont repoussé leur attaque", a déclaré Tariq Arian.

Il était impossible dans l'immédiat de vérifier sur place la situation du côté afghan de la frontière, mais un commerçant du marché de Weish, Raz Mohammad, a rapporté à l'AFP que les talibans étaient présents "partout" depuis mercredi matin.

Le point de passage que les talibans disent avoir pris relie l'Afghanistan à la province pakistanaise du Baloutchistan (sud-ouest), réputée abriter une partie de la direction des talibans dans la ville pakistanaise de Quetta, ou recevoir les blessés talibans qui s'y font soigner.

Vaste offensive depuis le retrait des troupes américaines

Depuis qu'ils ont lancé début mai une large offensive contre les forces afghanes, à la faveur du retrait des forces étrangères, les talibans se sont emparés de vastes portions rurales du pays et de postes-frontières clés avec l'Iran, le Turkménistan, le Tadjikistan.

Privées du soutien aérien américain, les forces afghanes n'ont jusqu'ici opposé qu'une faible résistance et ne contrôlent plus essentiellement que les axes majeurs et les grandes villes, dont plusieurs sont encerclées.

La province de Kandahar, berceau et bastion historique des talibans, est le théâtre depuis plusieurs jours d'intenses combats qui se sont rapprochés de la capitale provinciale.

Crise humanitaire imminente

Mardi soir, la France a appelé ses ressortissants à quitter immédiatement l'Afghanistan, invoquant "l'évolution de la situation sécuritaire" et les "perspectives à court terme".

Le porte-parole de l'ONU, Farhan Haq, alerte par ailleurs sur une crise humanitaire imminente en Afghanistan : "l'escalade du conflit entraîne une augmentation des souffrances humaines et des déplacements de civils. L'échec de l'accord de paix en Afghanistan, qui aurait pu endiguer la violence actuelle, entraînera de nouveaux déplacements dans le pays, ainsi que dans les pays voisins".

Près de 270 000 afghans ont été déplacés à l'intérieur du pays depuis le début de l'année, en raison de l'insécurité et de la violence. Au total, cela représente plus de 3,5 millions de personnes. Selon l'ONU, des milliers de réfugiés pourraient encore quitter le pays.