DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Bruxelles passe à l'offensive pour défendre les droits LGBT

Par Loreline Merelle  & Euronews
euronews_icons_loading
Bruxelles passe à l'offensive pour défendre les droits LGBT
Tous droits réservés  ATTILA KISBENEDEK/AFP
Taille du texte Aa Aa

Après avoir frappé du poing sur la table, Bruxelles passe à l'offensive pour défendre les droits de la communauté LGBT. Ce jeudi, l'exécutif européen a ouvert trois procédures d'infraction, deux contre la Hongrie et une contre la Pologne.

La loi hongroise "anti-LGBT", ciblée par la Commission

Dans le cas de la Hongrie, la procédure d'infraction porte sur la loi hongroise adoptée le 15 juin dernier et interdisant « la représentation ou la promotion » de l’homosexualité.

La Hongrie affirme l'avoir adopté pour lutter contre la pédophilie. Mais la Commission européenne la juge discriminatoire car basée sur l'orientation sexuelle, et sa Présidente, Ursula von der Leyen, l'a déjà qualifié de "honteuse".

Bruxelles attaque aussi le gouvernement hongrois pour avoir obligé à faire figurer un avertissement sur un livre pour enfants abordant l'homosexualité.

Le cas polonais et ses "zones sans idéologie LGBT"

Pour la Pologne, l'infraction porte sur les résolutions relatives aux "zones sans idéologie LGBT" adoptées par plusieurs régions et municipalités polonaises.

Selon une Eurodéputée hongroise, si ces gouvernements ne suivent pas les règles de la communauté, ils ne devraient pas avoir accès aux fonds européens.

"Ces dernières semaines ont été décisives." explique Anna Julià Donath. "Ce n'est pas la première fois que la communauté européenne mentionne qu'il y a des règles communes et qu'ils sont obligés de jouer dans la même équipe, sur le même terrain. Et ces gouvernements ont continué à suivre leur propre voie. Au bout du compte, ce sont les citoyens polonais et hongrois qui en paient le prix."

Interrogé, le Fidesz, le parti au pouvoir hongrois, s'est refusé à tout commentaire.

Budapest et Varsovie ont deux mois pour répondre à la Commission.