DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Entre Moscou et Tokyo, la dispute des îles Kouriles refait surface

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
L'annonce a été faite par le Premier ministre russe Mikhail Mishustin
L'annonce a été faite par le Premier ministre russe Mikhail Mishustin   -   Tous droits réservés  Dmitry Astakhov/Sputnik via AP
Taille du texte Aa Aa

Le Japon "proteste vivement" contre le projet russe de créer une zone de libre-échange sur les îles Kouriles, revendiquées par les deux pays. Moscou assure vouloir dynamiser l'économie de l'archipel mais Tokyo réaffirme sa souveraineté sur ces îles.

C'est un vieux contentieux qui refait surface dans le Pacifique. Celles des îles Kouriles, reconnues comme russes par l'ONU mais revendiquées par le Japon, situées entre l’île japonaise d’Hokkaidō, et la pointe sud de la péninsule du Kamtchatka.

La Russie a déclaré qu'elle envisageait d'y créer une zone économique spéciale, avec peu de taxes ni droits de douane. L'annonce a été faite par le Premier ministre russe Mikhaïl Mishustin, en tournée dans les régions orientales du pays. ce dernier a donné quelques détails lors d'une visite d'usine.

"Il s'agit d'un ensemble de mesures sans précédent qui offrent de belles solutions pour les investisseurs, les hommes d'affaires, les personnes actives qui vivent ici", a assuré le chef du gouvernement russe devant les travailleurs insulaires.

"Ce serait intéressant pour les investisseurs occidentaux, pour le Japon aussi, qui pourrait créer des emplois et travailler avec vous. Il me semble que ce régime spécial permettra d'intensifier l'activité économique ici", a-t-il promis.

Le traité de paix impossible

En réponse, le Japon a immédiatement convoqué ce lundi l'ambassadeur russe pour un entretien. Le gouvernement japonais a déclaré qu'il "protestait vivement" contre la démarche des autorités russes.

"La position fondamentale du Japon est que les quatre îles du nord sont les îles sur lesquelles le Japon a la souveraineté", a rappelé Katsunobu Kato, secrétaire général du cabinet japonais.

"Le gouvernement a l'intention de continuer à résoudre les différends territoriaux et de s'engager avec persistance dans des négociations avec la Russie dans l'objectif de conclure d'un traité de paix", a poursuivi M. Kato.

Un traité de paix, il en est question depuis les derniers jours de la Seconde guerre mondiale, durant lesquels l'Union soviétique a pris l'archipel des îles Kouriles au Japon.

Cette nouvelle annonce pourrait compliquer la résolution du litige, que Shinzo Abe n'était pas parvenu à clore. La tâche s'annonce difficile pour son successeur, Yoshihide Suga.