DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Chypre : l'Union européenne condamne les "annonces inacceptables" du président turc

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Chypre : l'Union européenne condamne les "annonces inacceptables" du président turc
Tous droits réservés  ΔΗΜΗΤΡΗΣ ΠΑΠΑΜΗΤΣΟΣ/ 2021 ΑΘΗΝΑΪΚΟ ΠΡΑΚΤΟΡΕΙΟ ΕΙΔΗΣΕΩΝ - ΜΑΚΕΔΟΝΙΚΟ ΠΡΑΚΤΟΡΕΙΟ ΕΙΔΗΣΕΩΝ
Taille du texte Aa Aa

L'Union européenne a condamné mardi les "annonces inacceptables" du président turc sur Chypre, principal obstacle à une normalisation des relations avec Ankara, et a menacé de prendre des mesures de rétorsion dans une déclaration validée par les 27 états membres.

Les dirigeants de l'UE se sont dits déterminés à "utiliser les instruments et les options" à leur disposition "en cas d'actions unilatérales de la Turquie contraires au droit international", selon la déclaration publiée par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

"Des actions" seront discutées par les ministres des Affaires étrangères de l'UE lors de leur prochaine réunion si la Turquie ne revient pas sur ses agissements contraires aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, ont mis en garde les dirigeants.

A Athènes, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a indiqué que "les nouvelles actions illégales turques à Chypre doivent être condamnées d'une façon incontournable", à l'issue d'une rencontre avec le président chypriote Nicos Anastasiades.

"Ces actions violent les résolutions onusiennes" et "minent les efforts du secrétaire général de l'Onu" pour trouver une solution à la question de la division de l'île méditerranéenne, a souligné Kyriakos Mitsotakis.

Ces déclarations font suite à la condamnation à l'unanimité des prises de position du président turc Recep Tayyip Erdogan par le Conseil de sécurité de l'ONU. Elle a été validée par les 27 capitales de l'UE, ce qui explique les délais pour sa publication, ont expliqué à l'AFP plusieurs sources européennes.

Les négociations sur un règlement du problème chypriote dans l'impasse depuis 2017

Chypre est divisée depuis l'invasion de son tiers nord par la Turquie en 1974 entre la République de Chypre - membre de l'Union européenne - qui exerce son autorité au sud, et la République turque de Chypre-Nord (RTCN) autoproclamée en 1983, uniquement reconnue par Ankara.

Le président Erdogan s'est rendu à Chypre-Nord le 20 juillet, date anniversaire de l'opération qui a conduit à la partition de l'île, et s'est prononcé pour une solution à deux états, rejetée par l'UE. Il a également soutenu le projet de réouverture de l'ancienne station balnéaire de Varosha, fuie par ses habitants en 1974 et entourée de barbelés par l'armée turque.

"L'Union européenne condamne fermement les mesures unilatérales prises par la Turquie et les annonces inacceptables faites par le président turc et le chef de la communauté chypriote turque le 20 juillet 2021 concernant la réouverture de la ville clôturée de Varosha", selon la déclaration des 27.

"L'UE appelle à l'annulation immédiate de ces actions et à l'annulation de toutes les mesures prises à Varosha depuis octobre 2020".

Le président chypriote "prêt" à recommencer des négociations avec la Turquie

L'UE "reste pleinement attachée à un règlement global du problème chypriote sur la base d'une fédération bicommunautaire et bizonale (...) conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies".

Le président chypriote Nicos Anastasiades a indiqué à Athènes "être prêt" à recommencer les négociations avec la Turquie sous l'égide de l'ONU et "sur la base des résolutions du Conseil de sécurité".

Les négociations sur un règlement du problème chypriote sont dans l'impasse depuis 2017. En avril, une tentative de relance des pourparlers par le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, dont l'organisation surveille une zone tampon entre les deux parties de l'île, s'est soldée par un échec.

Les relations entre l'UE et la Turquie, candidate à l'adhésion, se sont fortement dégradées depuis 2016, notamment en raison de la répression implacable du président Erdogan contre toute forme de contestation après une tentative de putsch.

De plus en plus isolé sur le plan diplomatique et traversant des difficultés économiques, Ankara a multiplié les appels à une normalisation avec l'UE. Mais les dirigeants européens ont imposé leurs conditions et l'une d'elles est "un règlement global du problème chypriote".