This content is not available in your region

Chypre : les hôteliers privés des touristes russes cet été

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Les hôteliers chypriotes doivent faire sans les touristes russe cette année.
Les hôteliers chypriotes doivent faire sans les touristes russe cette année.   -   Tous droits réservés  AFP

Les touristes font leur retour à Chypre cet été, après deux ans de pandémie. Dans la populaire station balnéaire Ayia Napa, la fête a repris ses droits. Seule ombre au tableau, les touristes russes ne sont pas de la partie, privés de vols directs suite aux sanctions imposées par l’Union européenne après l’invasion de l’Ukraine.

Les Russes sont habituellement très friands des plages chypriotes, situées à seulement quatre heures d’avion de Moscou. Ils étaient pas moins de 800 000 en 2019 avant la pandémie et plus de 500 000 l’an dernier, malgré les mesures anti-Covid en vigueur. Ils seront bien moins nombreux cette année.

"Les Russes et les Ukrainiens représentaient 25 à 30% de nos clients, dit Panicos Michail, responsable de l'Alion Beach Hotel. Ils sont aujourd'hui peu nombreux. Heureusement que notre hôtel a toujours eu une bonne réputation et que nous avons toujours accueillis des touristes venant aussi d'Europe centrale, comme des Suisses, des Allemands, des Autrichiens mais aussi des Anglais."

Autre mauvaise nouvelle pour les hôteliers chypriotes, la flambée des prix de l'électricité alors que les climatiseurs tournent à plein régime en été, avec des températures dépassant régulièrement les 35 degrés.

"L'électricité est devenue le deuxième coût le plus élevé après les salaires, explique Haris Loizides, président de l'Association des hôtels de Chypre. Il y a des hôtels qui m'ont envoyé leurs factures, et on leur demande de payer, pour un mois seulement, entre 100 000 et 150 000 euros."

A Chypre, c’est donc tout le secteur du tourisme qui est impacté par guerre en Ukraine. Un secteur clé qui représentait 15% du PIB du pays avant le début de la pandémie de Covid-19.