DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Loi sur les médias en Pologne : Varsovie inquiète Bruxelles

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
La loi controversée sur les médias n'a été votée que par la chambre basse du Parlement polonais, pour l'instant.
La loi controversée sur les médias n'a été votée que par la chambre basse du Parlement polonais, pour l'instant.   -   Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Le projet de loi polonais sur les médias suscite de nombreuses réactions à l'international, depuis son adoption par la chambre basse du Parlement mercredi 11 août. Le porte-parole de la Commission européenne Eric Mamer a affirmé qu'il était encore trop tôt pour se positionner de nouveau sur cette loi qui, selon les critiques, limiterait la liberté d'expression : _"Le processus législatif de la Pologne a encore un certain nombre d'étapes, il n'a été voté qu'à la chambre basse du parlement. Il est donc beaucoup trop tôt pour commenter. Nous suivons évidemment la situation". _

La vice-présidente de la commission Věra Jourová a, elle, clairement indiqué sa position sur Twitter, en indiquant que _"le pluralisme des médias et la diversité des opinions sont ce que les démocraties puissantes accueillent, mais ne combattent pa_s".

La liberté des médias est essentielle dans nos relations avec la Pologne.
Ned Price
Porte-parole des Etats-Unis

Le porte-parole des Etats-Unis Ned Price a quant à lui rappelé que la liberté d'expression et la liberté des médias rendent la démocratie et l'alliance transatlantique plus résistantes. Elles sont donc essentielles dans les relations avec la Pologne : "C'est pourquoi nous avons exhorté le gouvernement polonais à démontrer ses engagements envers ses principes, qui sont en effet partagés non seulement en paroles, mais aussi en acte. Les autorités ont maintenant cette opportunité".

De son côté, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a défendu la loi, déclarant qu'elle ne visait aucun média en particulier.

Bien que la coalition ait éclaté, le parti Droit et Justice, au pouvoir, a tout de même réussi à obtenir assez de voix pour voter la loi.