DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Afghanistan : scènes surréalistes sur le tarmac de l'aéroport de Kaboul

Access to the comments Discussion
Par Stephane Hamalian  & Euronews
euronews_icons_loading
Capture d'écran du sujet d'Euronews
Capture d'écran du sujet d'Euronews   -   Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

L'évacuation de diplomates, d'autres étrangers et d'Afghans ayant travaillé avec eux s'organisait lundi dans l'urgence et dans des conditions très difficiles à Kaboul, tombée aux mains des talibans. Parallèlement, des milliers d'Afghans se sont rassemblés sur le tarmac de l'aéroport, dans l'espoir de fuir le pays.

Les membres du personnel de l'ambassade des Etats-Unis et de nombreuses autres ambassades ont été regroupés à l'aéroport de la capitale afghane, sécurisé par les soldats américains, pour être évacués. Certains ont déjà tous pu quitter l'Afghanistan, à l'instar de l'ensemble du personnel de l'ambassade de Norvège, a déclaré lundi l'armée norvégienne.

Si les vols commerciaux ont été annulés, la Turquie a envoyé un Boeing 777 de Turkish Airlines pour rapatrier ses ressortissants. L'avion, avec 324 personnes à son bord, a atterri à Istanbul dans l'après-midi. Selon le site internet Flightradar24, c'est le seul avion civil à avoir décollé de Kaboul lundi.

Accrochés aux roues de l'avion

Une marée humaine s'est précipitée ce lundi vers ce qui est la seule porte de sortie de l'Afghanistan, pour tenter d'échapper au nouveau régime que le mouvement islamiste, de retour au pouvoir après 20 ans de guerre, promet de mettre en place.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montraient des scènes de complète panique, comme ces centaines de personnes courant près d'un avion de transport militaire américain qui roule pour aller se mettre en position de décollage, pendant que certaines tentent follement de s'accrocher à ses flancs ou à ses roues.

D'autres font apparaître des milliers de personnes attendant sur le tarmac même et des grappes de jeunes hommes, surtout, s'accrochant aux passerelles ou aux escaliers pour tenter de monter dans un avion.

Deux personnes tuées

Deux hommes armés ont été tués par les soldats américains à l'aéroport. "Au milieu des milliers de personnes qui se trouvaient là pacifiquement, deux types ont brandi leurs armes d'un air menaçant. Ils ont été tués tous les deux", a dit un responsable du Pentagone.

Les Américains ont envoyé 6 000 militaires pour évacuer quelque 30 000 personnes, à savoir leurs diplomates ainsi que des civils afghans ayant coopéré avec les États-Unis.

De Madrid à La Haye, en passant par Paris, Bucarest, Londres... : partout, les chancelleries s'activent pour dépêcher des moyens aériens.

La plus grande débâcle que l'Otan ait subie depuis sa création
Armin Laschet
Dirigeant de la CDU allemande

Les critiques sévères à l'endroit des Etats-Unis enflent, y compris dans le camp occidental, après la prise du pouvoir par les talibans en Afghanistan qui scelle l'échec de 20 ans d'engagement militaire de l'Alliance atlantique dans ce pays.

Le dirigeant du parti conservateur d'Angela Merkel et candidat à sa succession à la chancellerie, a parlé lundi de "la plus grande débâcle que l'Otan ait subie depuis sa création".

"Il est évident que cet engagement de la communauté internationale n'a pas été couronné de succès", a-t-il martelé.

Armin Laschet, président de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) dont il est la tête de liste pour les élections du 26 septembre, a réclamé "une analyse crue des erreurs (...) en Allemagne, avec les partenaires de l'Alliance et au sein de la communauté internationale".

Le silence de Joe Biden

La chancelière Angela Merkel, qui quittera le pouvoir à l'issue du scrutin législatif, a exprimé sa frustration lundi sur la situation en Afghanistan et évoqué des raisons "de politique intérieure" pour le retrait américain.

Fait rare compte tenu des relations privilégiées entre Londres et Washington, le gouvernement de Boris Johnson critique ouvertement depuis plusieurs jours la décision américaine de se retirer, qui a entraîné le départ des troupes de l'Otan, dont les soldats britanniques et allemands.

Face à cette vague de critiques jamais vues depuis l'élection américaine en novembre dernier, le président américain Joe Biden est resté muet depuis la prise de contrôle des talibans. Il doit s'adresser aux Américains lundi soir.

Les exceptions russe et chinoise

Pour sa part, Moscou ne prévoyait pas d'évacuer son ambassade. La Russie fait partie des pays ayant reçu des garanties de la part des talibans quant à la sécurité de leurs ambassades, a expliqué Zamir Kaboulov, l'émissaire du Kremlin pour l'Afghanistan.

Quant à La Chine, qui a rapatrié début juillet 210 de ses ressortissants d'Afghanistan, elle a appelé les nouvelles autorités à assurer la sécurité de ceux restés sur place.

L'ambassade de Chine à Kaboul "continue de fonctionner normalement", a précisé lundi une porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying.