EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Au Kremlin, Angela Merkel demande la libération d'Alexeï Navalny

Au Kremlin, Angela Merkel demande la libération d'Alexeï Navalny
Tous droits réservés Press conference in Moscow, 20th August 2021.
Tous droits réservés Press conference in Moscow, 20th August 2021.
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A l'occasion de son dernier déplacement en Russie, Angela Merkel a réclamé vendredi de Vladimir Poutine la libération de l'opposant, tout en insistant sur la nécessité d'un dialogue avec la Russie.

PUBLICITÉ

A l'occasion de son dernier déplacement en Russie, Angela Merkel a réclamé de Vladimir Poutine la libération de l'opposant Alexeï Navalny, tout en insistant sur la nécessité d'un dialogue avec la Russie. Une dernière rencontre après seize années de tensions mais aussi de coopération, Mme Merkel quittant la chancellerie à l'automne.

Dès le début de leur conférence de presse commune, la chancelière a souligné "la situation tragique" d'Alexeï Navalny, incarcéré pour fraude dans une affaire largement considérée comme relevant de la répression politique.

Des propos qui interviennent aussi un an jour pour jour après l'empoisonnement, attribué aux autorités russes, de l'opposant russe à qui l'Allemagne de Mme Merkel sauva la vie en le soignant.

"Une fois de plus, j'ai réclamé au président russe la libération d'Alexeï Navalny et j'ai clairement dit qu'on continuerait", a déclaré la chancelière.

M. Poutine lui a opposé une fin de non recevoir, assurant que son adversaire n'était pas détenu "pour ses activités politiques", mais pour "une infraction criminelle".

Il n'a pas évoqué l'empoisonnement de l'opposant, alors que l'Allemagne qui le soignait a établi qu'il avait été intoxiqué par un produit militaire soviétique, le Novitchok.

Russes et Européens, Allemands en tête, ont croisé le fer sur ce dossier et multiplié les sanctions et contre-sanctions.

Si Mme Merkel a évoqué ces "profonds différends", elle a aussi martelé que le dialogue devait continuer.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Russie : Alexeï Navalny "ne regrette rien", un an après son arrestation

Mandats d'arrêt de la CPI contre Sergueï Choïgou et le chef d'état-major russe

Il y a un an, Evgueni Prigojine défiait le Kremlin avec une mutinerie