DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Yémen : 30 soldats tués dans une attaque aérienne attribuée aux Houthis

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Un des blessés de l'attaque aérienne de la base militaire d'Al-Anad à l'hôpital de Lahj, Yémen, 29 août 2021
Un des blessés de l'attaque aérienne de la base militaire d'Al-Anad à l'hôpital de Lahj, Yémen, 29 août 2021   -   Tous droits réservés  Amro Quraish/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Au Yémen, une attaque de missiles et de drones contre la plus grande base aérienne du pays a tué au moins 30 soldats et blessé plus d'une cinquantaine d'autres personnes ce dimanche à 60 km au nord de la ville d'Aden.

C'est l'une des attaques les plus meurtrières de ces dernières années, depuis le début de la guerre civile en 2014. Un responsable militaire yéménite accuse le mouvement rebelle Houthi d'en être l'auteur, mais ce dernier n'a encore rien revendiqué.

Le président Abd Rabbo Mansour Hadi a présenté ses condoléances aux proches des victimes et promis que "les Houthis paieront le prix fort pour tous les crimes qu'ils ont commis contre le peuple yéménite", selon l'agence de presse officielle Saba.

La guerre au Yémen oppose depuis sept ans les forces du gouvernement, appuyées par une coalition militaire menée par l'Arabie saoudite, aux rebelles soutenus par l'Iran. Les Houthis contrôlent une large partie du nord du pays, dont la capitale Sanaa.

Des vidéos obtenues par l'AFP montrent des dizaines de personnes amassées devant l'hôpital de Lahej, dans la province éponyme où a eu lieu l'attaque, tandis que des ambulances ne cessent d'arriver pour y déposer les blessés.

L'ONG Médecins Sans Frontières a annoncé sur Twitter avoir traité dans un de ses hôpitaux 11 personnes blessées lors de l'attaque.

Avant la guerre, la base d'Al-Anad avait servi à l'armée américaine pour traquer les djihadistes d'Al-Qaïda. Elle est sous contrôle du gouvernement yéménite depuis août 2015.

L'attaque survenue dimanche est l'une des plus meurtrières -- hors combats -- depuis décembre 2020, lorsque l'aéroport d'Aden où venait d'arriver le nouveau gouvernement d'union avait été pris pour cible. Au moins 26 personnes avaient été tuées, dont trois humanitaires et un journaliste.

La guerre au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts et a déplacé des millions de personnes. C'est, selon l'ONU, la pire crise humanitaire au monde.

Quelque 80% des 30 millions d'habitants, confrontés à des risques accrus d'épidémies et de famine, dépendent de l'aide internationale.

Alors que l'ONU tente de parvenir à une résolution du conflit, les Houthis exigent que la coalition dirigée par l'Arabie saoudite autorise la réouverture de l'aéroport de Sanaa avant tout cessez-le-feu ou négociations.

Sources additionnelles • AP, AFP