Mort du compositeur Mikis Theodorakis, auteur de "Zorba le Grec" et symbole de la résistance

Mort du compositeur Mikis Theodorakis, auteur de "Zorba le Grec" et symbole de la résistance
Tous droits réservés Giuseppe Anastasi/AP1970
Tous droits réservés Giuseppe Anastasi/AP1970
Par Julien Pavy avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Grèce a perdu l'un de ses grands compositeurs contemporains. Mikis Theodorakis s'est éteint à l'âge de 96 ans à Athènes.

PUBLICITÉ

La Grèce a perdu l'un de ses grands compositeurs contemporains. Mikis Theodorakis, égalament ancien résistant et opposant à la dictature des colonels, s'est éteint à l'âge de 96 ans à Athènes.

"Zorba le Grec", son chef d’œuvre

Mikis Theodorakis avait atteint une notoriété mondiale en composant la musique de "Zorba le Grec", un classique du cinéma avec Anthony Quinn datant de 1964.

Le compositeur était aussi connu pour ses bandes originales de films, de " Z " en 1969 et " Serpico " en 1973. D'oratorios en symphonies, d'hymnes en opéras, il s'est employé, à ouvrir au grand public la tradition classique et la poésie, mettant en musique Axion Esti du prix Nobel Odysseas Elytis ou le Canto General de Pablo Neruda.

Un symbole de la résistance

En dehors de ses talents de musicien, Mikis Theodorakis laisse en héritage l'image d'un combattant, d'un résistant, Engagé auprès des communistes au cours de la guerre civile qui éclate en Grèce à la fin des années 40, il est déporté dans l'île-bagne de Macronissos, où il est torturé.

Il s'oppose ensuite à la Dictature des colonels, qui démarre le 21 avril 1967, ce qui lui vaut d'être arrêté. Plus récemment, à la fin des années 2000, lors de la crise financière, il manifeste contre les mesures d’austérité imposées par les créanciers du pays.

La présidente de la République Eikaterini Sakellaropoulou a salué "un créateur grec et en même temps universel, un atout inestimable de notre culture musicale (...) qui a dédié sa vie à la musique, aux arts, à notre pays et à ses habitants, aux idées de liberté, de justice, d'égalité, de solidarité sociale".

"Avec une profonde émotion et des applaudissements incessants, nous disons au revoir à Mikis Theodorakis, militant-créateur, leader et pionnier d'un nouvel art combatif en musique", a déclaré jeudi le parti communiste grec.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mort de Monty Norman : à l'origine du thème musical mythique de James Bond

La littérature espagnole en deuil après la mort de la romancière Almudena Grandes

NO COMMENT : des étudiants australiens en médecine jouent de la musique pour apaiser les patients