DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L’UE veut devenir un acteur mondial des semi-conducteurs

Access to the comments Discussion
Par Ana LAZARO  & Euronews
euronews_icons_loading
L’UE veut devenir un acteur mondial des semi-conducteurs
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

L'Europe fait face à une pénurie de semi-conducteurs. Résultat, les usines des constructeurs automobiles tournent au ralenti. La situation est paradoxale car la connaissance technologique européenne existe mais les microprocesseurs sont principalement fabriqués en Asie.

En Belgique l’IMEC (Centre interuniversitaire de microélectronique), dispose de l'un des plus grands centres mondiaux en matière de recherche et développement des semi-conducteurs. Son président, Luc Van den hove, avance deux raisons pour expliquer cette insuffiscance de la production. "Cette situation est le résultat d'une part de la crise du covid qui a perturbé les chaînes d'approvisionnement, et d'autre part il y a des tensions géopolitiques toujours plus fortes", juge-t-il. Dans ces conditions tous les gouvernements se battent pour obtenir des puces.

La bataille est féroce car ces produits sont essentiels dans la vie quotidienne. Il y a des microprocesseurs dans les ordinateurs, les téléphones, les tablettes, les téléviseurs et même dans les lampes.

La recherche avant la compétition

Pas moins de 5 000 personnes issues de 97 pays travaillent dans cet institut de recherche interuniversitaire afin développer les semi-conducteurs de demain. Ils se considèrent comme l'espace de neutralité sur la carte technologique des microprocesseurs. Tous ici assurent que l'UE est compétitive en matière de connaissance. "L'Europe est leader dans les machines, dans la conception des semi-conducteurs mais la production est faite dans des méga-usines basées en Asie", explique Luc Van den hove.

L'UE cherche son indépendance stratégique dans ce secteur. La Commission européenne compte faire une proposition de réglementation sur les semi-conducteurs afin de renforcer les capacités industrielles des Etats membres. L'institution souhaite que d'ici 2030 l'Union produise 20% des microprocesseurs dans le monde.