DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'Albanie, nouvelle route terrestre des migrants à destination de l'Europe occidentale

Access to the comments Discussion
Par Stephane Hamalian  & Euronews
euronews_icons_loading
L'Albanie, nouvelle route terrestre des migrants à destination de l'Europe occidentale
Tous droits réservés  Giannis Papanikos/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Face à l'augmentation des contrôles en Macédoine du Nord et à la dangerosité de la route bulgare, les migrants se rabattent principalement sur l'Albanie pour tenter d'atteindre l'Europe occidentale par voie terrestre. Issues principalement d'Afrique et du Moyen-Orient, ces personnes stationnent en Grèce en espérant passer entre les mailles du filet.

Si dans les années 90, la chute du régime communiste a poussé des dizaines de milliers d'Albanais à traverser la frontière grecque, ce flux migratoire s’est désormais inversé.

Près du village grec d’Ieropigi, une cinquantaine de personnes campent dans l’espoir de traverser la frontière, afin de passer, ensuite, par la Serbie. Pour beaucoup, la traversée se solde par un renvoi en Grèce, la frontière albanaise étant gardée par des agents de Frontex.

D’autres alternatives, toutes illégales, existent pour ces migrants : monter clandestinement sur un ferry, payer des passeurs pour monter sur un navire, utiliser des faux papiers pour prendre l’avion.

Dans une forêt proche de la frontière albanaise, Mohammad Nour Mahmood Al Damad, un migrant syrien, répond aux question des journalistes, allongé sur le sol. Blessé à la jambe « par un sniper » dans sa ville, Derra, l’homme dit vouloir passer.

Un poste militaire abandonné sert également d’abri à certains migrants. Situé à quelques centaines de mètres de la frontière, il est actuellement occupé par Shaikh Musa Abdallah et sa famille.

"Je veux passer par l'Albanie pour aller en Serbie, mais à la frontière de l'Albanie, il y a les agents Frontex venus d'Allemagne, d'Italie et de Hongrie » explique ce soudanais.

« Il est très difficile d'y aller. Nous sommes ici depuis plus d'un mois, environ 50 jours, nous avons essayé six fois, mais nous n'avons pas réussi à passer » indique-t-il.

Les autorités albanaises disent avoir constaté une augmentation des traversées illégales de frontières, tandis que la Macédoine du Nord, elle, fait état d’une baisse.