PUBLICITÉ

Kiev : 80 ans après le massacre nazi de Babyn Yar, le projet de mémorial fait polémique

Kiev : 80 ans après le massacre nazi de Babyn Yar, le projet de mémorial fait polémique
Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par EURONEWS
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ce mercredi, l'Ukraine a commémoré les 80 ans de la tragédie de Babyn Yar . 33 000 Juifs ont été tués par balle, en 48 heures. Le projet de mémorial, soutenu par le président, est controversé.

PUBLICITÉ

C'est un pan plus méconnu de l'histoire de la Shoah. Babyn Yar : 33 000 Juifs tués par balle dans un ravin en 48 heures. Ce mercredi, l'Ukraine a commémoré les 80 ans du massacre. Là bas, les juifs ont été exécutés en masse jusqu'en 1943. Le site du drame fait l'objet de travaux pour créer un grand musée de la Shoah par balle mais suscite déjà la controverse.

"Il nous permettra de ressentir pleinement l'horreur, la douleur et la souffrance qui sont apportées à l'humanité par le nazisme, le racisme, l'antisémitisme, la xénophobie et l'intolérance. Malheureusement, cela n'aidera pas ceux qui ont été tués ici - mais cela aidera les vivants, ceux qui devraient le savoir, s'en souvenir et le dire à leurs enfants et arrière-enfants", juge Volodymyr Zelensiy, le président ukrainien.

"Disneyland de l'holocoste"

L'Ukraine est jugée en retard sur la politique mémorielle. Le projet est donc bien accueilli par les politiques, mais il passe mal auprès de la société civile et des intellectuels ukrainiens. Avec des expositions vidéo de haute technologie et des sculptures, il met les spectateurs dans la peau des protagonistes. Certains critiques l'appellent déjà le « Disneyland de l'Holocauste ». Autre point de crispations, le mémorial est financé par un groupe d'oligarques dont certains sont proches du Kremlin.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un musée de l'Holocauste va ouvrir à Amsterdam

Rencontre avec les juifs européens qui s'opposent à la guerre d'Israël contre le Hamas

Les Pays-Bas accusés d'avoir espionné les Juifs après la Seconde Guerre mondiale