This content is not available in your region

La croissance de l'économie chinoise a marqué le pas au troisième trimestre

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
La croissance de l'économie chinoise a marqué le pas au troisième trimestre
Tous droits réservés  Andy Wong/Associated Press

La croissance de l'économie chinoise a nettement ralenti au troisième trimestre en raison notamment de la crise de l'immobilier et des pénuries d'électricité qui pèsent sur les chaînes d'approvisionnement.

Le PIB passe de 7,9% à 4,9%

Après avoir augmenté de 7,9 % sur un an lors du deuxième trimestre, le PIB chinois s'est tassé à 4,9 % sur la période juillet-septembre.

Les experts avaient tablé sur un ralentissement moins marqué, alors que la Chine semble être quasiment débarrassée du Covid-19.

"L'économie nationale a maintenu la dynamique de reprise au cours des trois premiers trimestres de l'année. Cependant, les incertitudes liées à la conjoncture mondiale s'accumulent et la reprise économique nationale reste instable et inégale", souligne Fu Linghui, porte-parole du bureau national des statistiques.

Les incertitudes liées à la conjoncture mondiale s'accumulent et la reprise économique nationale reste instable.
Fu Linghui
porte-parole du Bureau national des statistiques

Pénuries d'électricité, crise de l’immobilier

La croissance de l'économie chinoise est impactée par la forte hausse du coût des matières premières, en particulier du charbon, dont le pays est très dépendant pour alimenter ses centrales électriques. Résultat, elles tournent au ralenti, malgré une forte demande, et l'électricité est rationnée, ce qui a fait bondir les coûts de production pour les entreprises.

Autre point d'inquiétude pour les économistes, les risques de faillite d'Evergrande, un géant de l'immobilier, secteur qui est traditionnellement l'une des locomotives de l'économie chinoise.

Pékin n'en reste pas moins optimiste puisqu'il vise un objectif de croissance d'au moins 6% cette année. De son côté, le FMI table sur une hausse de 8% du PIB de la seconde économie mondiale.

Avec AFP