This content is not available in your region

"Je ne suis coupable de rien" : Jair Bolsonaro réfute les accusations concernant la pandémie

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
"Je ne suis coupable de rien" : Jair Bolsonaro réfute les accusations concernant la pandémie
Tous droits réservés  Eraldo Peres/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Il n'a pas pris les mesures nécessaires pour empêcher les 600 000 morts dus au Covid-19 au Brésil. Son président Jair Bolsonaro clame son innocence et défend sa gestion de la pandémie.

Accusé par une commission d'enquête d'avoir "délibérément exposé" la population durant la pandémie, le chef de l'Etat reste droit dans ses bottes : "Nous ne sommes pas responsables d'absolument rien. Nous savons que nous avons fait ce qu'il fallait dès le début".

La commission d'enquête du Sénat a demandé mercredi l'inculpation du président, sous le coup de 10 chefs d'accusation dont "crime contre l'humanité", qui pourra être jugé à la Cour Pénale Internationale de La Haye, "charlatanisme" ou encore "infraction aux mesures sanitaires".

Également dans le viseur de la commission : trois de ses fils accusés d'"incitation au crime" en diffusant de fausses informations. L'aîné, Flávio Bolsonaro parle de "vengeance" contre sa famille. Il accuse le chef de la commission d'enquête d'abus de pouvoir, il a déposé une plainte contre lui : "Il a utilisé un instrument du Sénat fédéral pour promouvoir la persécution politique, pour accuser le président de la République de quelque chose qu'il n'a pas fait. C'est de la calomnie, c'est une insulte, c'est de la diffamation, c'est un crime de persécution."

Le rapport d'enquête va être transmis au Parquet, seul compétent pour inculper les personnes incriminées. Mais celle de Jair Bolsonaro est peu probable, puisqu'elle est du ressort du procureur général, un allié du président.

Mais l'impact politique pourrait être désastreux. A un an de la présidentielle, il est largement distancé dans les sondages par l'ex-président Lula.