This content is not available in your region

Floraison du désert Atacama : les scientifiques s'inquiètent d'un projet local

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Le désert d'Atacama fleuri, à Copiapo, au Chili, le 14 octobre 2021.
Le désert d'Atacama fleuri, à Copiapo, au Chili, le 14 octobre 2021.   -   Tous droits réservés  MARTIN BERNETTI/AFP or licensors

Le désert d'Atacama au Chili a retrouvé son parterre violet. Situé dans le nord du pays, cet endroit est considéré comme l'un des plus secs et les plus hostiles au monde.

Tous les 5 à 7 ans pourtant, des milliers de petites fleurs mauves et jaunes fleurissent entre août et novembre, si les conditions climatiques le permettent. Les graines dormantes enfouies sous le sable, peuvent survivre des décennies et attendre un minimum d'eau pour germer et fleurir, explique Andrea Loayza, biologiste à l'université de La Serena.

Un phénomène étudié par les scientifiques, notamment pour comprendre l'adaptation des espèces en climat extrême, alors que le réchauffement climatique entraînera davantage de sécheresses et de désertifications.

Ce que nous voyons ici, ce sont des millions d'années d'évolution dans des environnements extrêmes qui nous donnent des informations. Cela peut nous aider à comprendre et peut-être à nous adapter."
Andrea Loayza
biologiste

"A l'heure actuelle, nous utilisons l'eau principalement pour l'agriculture, la production alimentaire. Donc pour pouvoir nous adapter à un scénario de crise climatique, nous devons comprendre les processus naturels. Ces espaces sont en fait des laboratoires naturels pour nous __et cela (sert) aussi à adapter les technologies, la sélection pour développer de nouvelles variétés adaptées à des conditions de plus en plus défavorables", poursuit Andrés Zurita, généticien à l'Institut chilien de recherche agricole universitaire.

Un projet touristique dénoncé

Un laboratoire pourtant menacé. Les autorités locales souhaitent en effet procéder à l'arrosage annuel du désert, pour que la floraison ait lieu chaque année, et que les touristes affluent dans cette région très impactée par la crise du Covid-19.

Mais pour les scientifiques, cette décision pourrait avoir des effets désastreux : "Ce sont des écosystèmes très fragiles, donc un peu moins de pluie ou un peu plus de pluie les sortira de l'équilibre dans lequel ils se trouvent et pourra les changer. Il s'agit d'écosystèmes uniques dans le sens où les plantes qui y survivent doivent adopter une série de stratégies très particulières", confirme Andrea Loayza

Le projet est aussi critiqué par les ONG de défense de l’environnement, qui dénoncent un gaspillage des ressources en eau, alors que le Chili est frappé depuis plusieurs années par une très grave sécheresse